Bisexualité : des scientifiques reconnaissent s'être trompés

En 2005, une étude scientifique stipulait que la bisexualité masculine n'existe pas. Que les hommes sont hétérosexuels, homosexuels, ou qu'ils se voilent la face. Mais 15 ans après, deux des chercheurs à l'origine de ce papier cosignent une nouvelle étude dans PNAS. Concluant, cette fois, que la bisexualité est aussi réelle chez les hommes que chez les femmes.

Ce retournement de situation provient de l'analyse de... presque toutes les données disponibles. Soit huit études américaines, britanniques, et canadiennes qui se sont penchées sur la sexualité d'environ 500 hommes. L'ensemble de ces éléments a été soumis à des tests statistiques, dont les résultats soutiennent que la sexualité masculine évolue sur un spectre allant de l'hétérosexualité à l'homosexualité, en passant par la bisexualité.

Si cette conclusion peut paraître évidente pour certains, il est toujours appréciable de voir des chercheurs signer des études contredisant leurs précédents travaux. Se remettre en question, et reconnaître s'être trompés. Un petit détail qui rend la science infiniment plus saine.

D'après une étude de l'Ined (Institut national d'études démographiques), datant de 2018, en France ce sont 0,9 % des femmes et 0,6 % des hommes qui se déclarent bisexuels. Bien qu'ils soient beaucoup plus à ressentir une attirance pour plusieurs sexes, tout en se définissant hétérosexuels ou homosexuels. © Annotee, Adobe Stock