Un décret vient d'autoriser les téléconsultations, ce qui permettrait aux personnes d’obtenir une expertise médicale sans sortir de chez eux. Le Conseil national de l’ordre des médecins n’y est pas opposé tant que les médecins restent avant tout au service des malades.
Cela vous intéressera aussi

Les consultations médicales pourraient bientôt se faire via InternetInternet ! C'est ce qu'a annoncé le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, après avoir publié jeudi, au Journal officiel, un décret inclus dans la loi Hôpital, patients, santé et territoires.

La télémédecine englobera non seulement la consultation d'un patient par un médecin, mais également la téléassistance, qui permettra à un second médecin d'assister un professionnel de la santé au cours d'un acte médical. Seuls les médecins titulaires « d'une autorisation d'exercice délivrée par le ministre chargé de la santé » pourront effectuer ces téléconsultations

Équité pour les patients

Les téléconsultations par Internet ont notamment pour but de résoudre les problèmes de pénuries de médecins dans certaines régions ou de certaines spécialités, dans le soucisouci d'une équité d'accès aux soins pour les patients. Les ordonnances pourront ensuite être envoyées par e-mail ou voie postale aux patients ou aux pharmaciens.

Le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) a exprimé sa « satisfaction » en constatant que le décret englobait l'essentiel de ses préconisations. Le Cnom n'est donc pas opposé à cette mesure tant que « les nouvelles technologies ne sont que des outils supplémentaires au service de la médecine qui est elle-même au service des malades ». Il souligne toutefois qu'« aucune technologie ne peut venir remplacer la relation humaine, interpersonnelle et singulière qui doit rester le fondement même de l'exercice de la médecine ».