[Image du jour] Après presque un siècle d'un lourd sommeilsommeil, le Raikoke a connu un réveil de tous les diables le 22 juin dernier. Il faut dire que ce stratovolcanstratovolcan qui constitue une petite île d'environ 2 km de diamètre au milieu de l'archipelarchipel des Kouriles, entre l'extrémité d'Hokkaidō au Japon et de la péninsulepéninsule russe de Kamtchatka, s'appelle « bouche de l'enfer » dans la langue des aborigènes Aïnous. Aussi explosive que brève, l'éruption s'est terminée dès le lendemain.

L'impressionnante colonne de cendres volcaniques, visible depuis l’espace par les satellites MODIS de la NasaNasa, Sentinel de l'ESAESA ou encore par les astronautesastronautes depuis la Station spatiale internationaleStation spatiale internationale (ISS), s'est élevée au-dessus des nuagesnuages jusqu'à 13 km d'altitude, gagnant donc la stratosphèrestratosphère, avant de s'effilocher vers l'est au-dessus de la mer de Béring. Le Raikoke était entré en éruption pour la dernière fois en 1924. Avant cela, sa dernière crise de colère remontait aussi loin que 1778.