Presque tous les poussins nés dans l'une des plus importantes colonies de manchots empereursmanchots empereurs sont morts en raison de la fontefonte de leur habitat ces trois dernières années, selon une étude publiée dans Antarctic Science, qui qualifie ces épisodes de « catastrophiques ». La colonie de Halley, dans la mer de Weddell en AntarctiqueAntarctique, était jusqu'à récemment la deuxième plus importante colonie de manchots empereurs au monde, avec jusqu'à 25.000 couples venant se reproduire chaque année.

Images satellite montrant la colonie de Halley à sa taille normale en 2015 (en haut) et drastiquement diminuée en 2018 (en bas). © <em>British Antarctic Survey</em>, Peter Fretwell et Philip Trathan, <em>Antarctic Science</em>, 2019/Images satellite : DigitalGlobe
Images satellite montrant la colonie de Halley à sa taille normale en 2015 (en haut) et drastiquement diminuée en 2018 (en bas). © British Antarctic Survey, Peter Fretwell et Philip Trathan, Antarctic Science, 2019/Images satellite : DigitalGlobe

Mais des images satellite étudiées par le centre de recherche britannique de l'Antarctique (BAS) ont montré qu'en 2016, année marquée par une météométéo particulièrement chaude et orageuse, la glace sur laquelle les couples de manchots élèvent leurs petits a cédé, causant la mort de presque tous les poussins, selon un communiqué. Le phénomène s'est répété en 2017 et en 2018. Résultat, cette colonie a « presque disparu ».

Selon l'expert du BAS Phil Trathan, il n'est pas possible de dire sans le moindre doute que la fonte de la glace de la baie d'Halley est liée au changement climatiquechangement climatique, mais « un tel échec de reproduction sur ce site est sans précédent ». Pendant ce temps, la taille d'une colonie voisine, celle de Dawson Lambton, a clairement augmenté, ce qui suggère que beaucoup des oiseaux de Halley ont migré vers un lieu plus sûr.