Planète

Étude des roches en eau profonde dans les montagnes

ActualitéClassé sous :géologie

-

Si la majorité des gisements de pétrole de terrain sont quasiment épuisés (sauf au Moyen-Orient), il reste de vastes ressources inexploitées dans les couches de grés des bassins océaniques actuels. Le défi consiste à explorer et à exploiter ces réserves sans dépenser une fortune - le forage d'un seul puits coûte environ 10 millions de dollars aujourd'hui, la construction d'une plate-forme pétrolière, plus d'1 milliard de dollars. On utilise dans une large mesure la méthode de prospection séismique, qui consiste à créer une image de la roche sous le plancher océanique d'après la modulation des ondes sonores qui se réfléchissent sur la surface de contact de 2 roches sédimentaires de nature différente. Cette technologie ne resout toutefois qu'une partie du probleme et ne peut évaluer précisement l'ampleur du réservoir, ce qui complique d'autant plus la prospection et l'exploitation gazière et pétrolière.

Étude des roches en eau profonde dans les montagnes

Dans l'espoir de rendre ce type d'exploration plus efficace et plus rentable, 6 sociétés d'exploitation pétrolier (PanCanadian Energy, Shell Canada, Canadian Natural Resources, Alberta Energy Corporation, Anderson Exploration et Anadarko Petroleum Company) se sont jointes à Bill Arnott, du Département des sciences de la Terre de l'Université d'Ottawa, et à son collègue, Gerry Ross, un géologue-chercheur rattaché au bureau de la Commission géologique de Canada à Calgary, pour créer le Consortium de recherche de Windermere. Tous les membres du consortium, dont les activités sont financées par le secteur privé, poursuivent le même objectif : créer un modèle géologique précis de ce qui se trouve sous des pans du plancher océanique.

Arnott et Ross tentent de créer un modèle analogique des bassins océaniques actuels en étudiant les formations du Supergroupe de Windermere (il y a 700 millions d'années et plus), qui reflètent un environnement turbiditique en eau profonde et forment de vastes affleurements dans les glaciers alpins de la portion occidentale de la cordillère canadienne. Ce matériel sédimentaire à la surface du plancher océanique a été soulevé durant la période d'édification des Rocheuses, il y a environ 100 millions d'années, et ressemble croit-on, tant par son étendue que son cadre tectonique, à bien des cônes sous-marins actuels. Ross a entrepris la cartographie des formations de Windemere en 1986 d'après une échelle au 150000e. Durant la même période, Ross s'intéresse aussi à la sédimentologie de ces roches qui demeuraient une énigme dans les anales géologiques de l'Ouest du Canada. Comme 20 a 30% de la production mondiale de pétrole provient de gisements dans des environnements turbiditiques, l'étude de Windemere procurera des données essentielles a l'exploration rentable de futurs gisements.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi