Allant sur le terrain, le botaniste prélève des échantillons dont il se servira en laboratoire pour ses expériences. © Nitiphol, Fotolia.

Planète

Botaniste

MétierClassé sous :botanique , botaniste , Métiers verts

Spécialisé dans l'études des végétaux, le botaniste combine déplacements sur le terrain et recherches en laboratoire. Son travail permet de protéger des espèces végétales en danger ou bien de les utiliser dans l'industrie. Un métier plein d'avenir mais aux places très limitées...
 

Expert de la science des végétaux, le botaniste exerce aussi bien en laboratoire que sur le terrain. Il se déplace ainsi pour récolter et/ou recenser des arbres, des plantes, des fruits, des légumes, afin d'en faire l'inventaire ou de les utiliser dans la composition de produits destinés à l'industrie pharmaceutique, agroalimentaire, cosmétique... Grâce à son travail, le botaniste peut repérer les espèces végétales en voies de disparition par exemple, ou encore constater les effets du facteur humain sur leur population.

De retour dans son laboratoire, le botaniste analyse les échantillons prélevés, les met en culture, constitue des herbiers et analyse les données de ses recherches. Il rédige ainsi des rapports, classifie les plantes et rédige des articles scientifiques pour partager ses conclusions. Pluridisciplinaire, il utilise au cours de ses recherches ses connaissances en termes d'analyse morphologique, anatomique, cytogénétique ou encore phytochimique.

Les principales compétences et qualités à avoir 

Le botaniste doit faire preuves de multiples compétences :

  • maîtriser les outils informatiques et les statistiques ;
  • savoir analyser les résultats d'expériences ;
  • maîtriser l'anglais scientifique ;
  • assurer une veille scientifique ;
  • rédiger des articles scientifiques et participer à des congrès afin de partager ses connaissances ;
  • être rigoureux et avoir le sens de l'observation ;
  • faire preuve de curiosité scientifique ;
  • être autonome.
Le botaniste peut se spécialiser sur une variété de plantes afin d’en faire l’inventaire ou de l’utiliser à des fins industrielles. © corepics, Fotolia.

Les conditions de travail

Le botaniste partage son temps de travail entre le terrain et le laboratoire. Après déplacement sur site pour prélever des échantillons de végétaux (aussi bien en France qu'à l'international), le botaniste consacre du temps à des recherches en laboratoire afin d'analyser et de comprendre ses relevés. Ses horaires de travail peuvent donc être conséquents, d'autant qu'il se consacre en plus à des rédactions scientifiques et participe à des colloques professionnels pour partager ses connaissances avec les autres chercheurs.

Comment devenir botaniste ?

Un bac + 5 est souvent demandé pour exercer le métier de botaniste. Voici le parcours possible :

  • DUT Génie biologique, option agronomie ;
  • Licence Sciences de la biodiversité ;
  • Licence Pro Espaces naturels, spécialité Analyse et techniques d'inventaires de la biodiversité ;
  • Licence pro Amélioration génétique des plantes ;
  • Master Biologie végétale intégrative ;
  • Master Biologie et valorisation des plantes ;
  • Master Génomique et productivité végétale ;
  • Ecole d'ingénieurs en biologie.

Le salaire d’un botaniste

Un botaniste débutant commence généralement sa carrière avec un salaire compris entre 2000 et 2500 euros bruts par mois. Une fois confirmé, le botaniste peut prétendre à une rémunération mensuelle brute de 2500 à 3000 euros bruts.

Les perspectives d’évolution d’un botaniste

Le botaniste évolue selon les opportunités offertes en interne. Il peut également évoluer vers un poste de professeur d'université, ou prétendre à un poste de directeur de recherches au sein d'un laboratoire privé.

Entreprises qui emploient des botanistes

  • Muséum national d'histoire naturelle ;
  • CNRS ;
  • INRA ;
  • INSERM ;
  • IRD.
     

Maman, toutes les belles plantes sont à mes pieds. Mon métier consiste à étudier les végétaux pour déterminer s'ils sont en voie de disparition, si on peut les utiliser dans le secteur médical, ou encore s'ils peuvent servir dans d'autres industries. Je me déplace donc sur une zone et prélève des échantillons que j'étudie ensuite en laboratoire. Je suis à la fois un rat des champs et un rat de laboratoire !

Je rédige aussi des articles scientifiques et participe à des séminaires internationaux afin de partager mes résultats d'expérience avec les chercheurs du monde entier.