Depuis 17 ans, les Dispositifs de Connexion Luminaire (DCL) sont introduits dans la norme NF 15-100. Leur installation est soumise à des règles strictes, pour autant non dénuées de souplesse.
Cela vous intéressera aussi

La pose de boîtiers DCL est exigée dans le neuf et la rénovation complète. Depuis le 27 novembre 2015, des dérogations sont apportées pour faciliter la mise en œuvre et éviter à la fin du chantier une sanction de « non-conformité » par le Comité national pour la sécurité des usagers de l'électricité (le ConsuelConsuel). D'une manière générale, les normes DCL ne s'appliquent pas à l'existant.

Les dispositions à respecter

L'article 559.1.1 de la norme NF D 15-100 spécifie que tout circuit encastré servant à alimenter un point d'éclairage doit aboutir dans une boîte de connexion à visser ou à sceller. Il précise qu'en présence d'une boîte de connexion, un DCL est obligatoire. Ceci vaut pour tous les locaux et pour les luminaires de courant nominal égal ou inférieur à 6 ampèresampères. Le socle DCL (voir figure ci-dessous) est admis dans le volume 2 de la salle de bains. Cependant, si les caractéristiques de la douille ne répondent pas aux exigences dudit volumevolume, deux options sont proposées :

  • le socle est laissé en attente et muni d'un obturateurobturateur classé IPx4 pour le protéger de l'eau,
  • ou le socle est connecté et recouvert par un luminaireluminaire conforme à la norme.

Dans les volumes 0 et 1 de la salle de bains, les socles DCL restent interdits.

Le dispositif de connexion luminaire se compose d’une boîte à encastrer (1), d’un socle formant couvercle (2) avec une empreinte en creux destinée à un bornier (3) dans lequel s’insère la douille (4) de la lampe. Celle-ci est pourvue d’une fiche 2 P + T amovible (5) permettant la connexion directe d’un luminaire sur le socle. L’obturateur (6) se clipse sur le bornier lorsque le socle est laissé en attente. Le crochet (7) se visse au centre du couvercle pour suspendre un lustre ou… une suspension. © Schneider

Le dispositif de connexion luminaire se compose d’une boîte à encastrer (1), d’un socle formant couvercle (2) avec une empreinte en creux destinée à un bornier (3) dans lequel s’insère la douille (4) de la lampe. Celle-ci est pourvue d’une fiche 2 P + T amovible (5) permettant la connexion directe d’un luminaire sur le socle. L’obturateur (6) se clipse sur le bornier lorsque le socle est laissé en attente. Le crochet (7) se visse au centre du couvercle pour suspendre un lustre ou… une suspension. © Schneider 

Ce que la réglementation tolère

Le raccordement direct du luminaire (sans boîte de connexion) est admis dans les cas suivants :

  • Le matériaumatériau de la paroi (murmur, plafond...) empêche l'encastrementencastrement d'une boîte de connexion.
  • Le circuit d'alimentation est réalisé en apparent, par exemple sous une mouluremoulure ou une goulotte.
  • Une boîte de connexion est déjà intégrée au luminaire ou à son bloc d'alimentation (modèles compatibles DCL).
  • Le luminaire à poser ne permet pas d'intercaler une boîte de connexion (spots...).

On peut se passer d'un socle DCL en présence d'une boîte de connexion :

  • si le point d'éclairage est à allumage multiple (va-et-vient...),
  • si le luminaire est d'un courant nominal supérieur à 6 A.

À retenir

Les circuits d'éclairage pour l'extérieur doivent aboutir à une boîte de connexion, munie ou non d'un socle DCL, ou directement à un luminaire. On peut aussi raccorder le câblage à une douille non fixée (mobile) qui permet, notamment, de tester l'installation électrique.