Sciences

Retour en vol de la navette spatiale le 1er juillet avec un européen à bord

ActualitéClassé sous :Univers , Astrolab , ISS

La décision prise le 17 juin par la NASA de lancer la navette spatiale Discovery le 1er juillet prochain, constitue une nouvelle importante. L'astronaute de l'ESA Thomas Reiter, de nationalité allemande, doit prendre place à bord de cette navette en prévision d'un séjour de six à sept mois en orbite parmi les membres de l'équipage permanent de la Station spatiale internationale.

La station spatiale internationale terminée (dessin d'artiste).

Discovery doit décoller du Centre spatial Kennedy (Cap Canaveral, Floride) le 1er juillet à 21h48 heure de Paris (19h48 GMT) et s'amarrer à l'ISS trois jours plus tard.

Dès son arrivée en orbite, l'astronaute européen prendra place aux côtés des deux membres actuels de l'équipage permanent de la station : le commandant russe Pavel Vinogradov et l'ingénieur de bord de la NASA Jeffrey Williams. Astronaute de l'ESA depuis 1992, Thomas Reiter a déjà acquis une expérience des vols spatiaux de longue durée à l'occasion d'une mission de 179 jours à bord de la station russe Mir en 1995-1996 (mission EuroMir 95 de l'ESA).

Thomas Reiter (crédit : NASA)

Cette nouvelle mission, baptisée Astrolab, constitue pour l'ESA le premier séjour de longue durée d'un astronaute européen à bord de l'ISS, de même qu'elle marque le retour à un équipage de trois personnes pour la conduite opérationnelle de la station. Ainsi renforcé, l'équipage pourra consacrer davantage de temps aux expériences scientifiques. Dans le contexte du retour en vol de la navette, cette mission donne également le feu vert à la reprise de la séquence d'assemblage de l'ISS, avec les prochains lancements des éléments de jonction européens 2 et 3 et du laboratoire Columbus de l'ESA. Discovery acheminera également certains équipements importants de l'ESA à intégrer à la station, par exemple le premier congélateur de laboratoire à -80°C (MELFI), conçu pour la conservation de longue durée d'échantillons biologiques et de résultats d'expérience.

Il s'agit par ailleurs de la première occasion pour un centre de contrôle européen d'intervenir dans une mission ISS de longue durée, ouvrant la voie au renforcement de la présence de l'ESA à bord de la station avec l'arrivée du laboratoire Columbus. Le Centre de contrôle Columbus, installé à Oberpfaffenhofen (Allemagne), servira de plateforme aux activités européennes lors de la mission Astrolab.