Sciences

La galaxie NGC 4945 : une cousine pas si éloignée de la Voie lactée !

ActualitéClassé sous :Astronomie , ESO , Galaxie

L'ESO vient de publier une nouvelle image et une vidéo étonnantes d'une galaxie proche qui, selon les astronomes, ressemble beaucoup à notre Voie lactée. Cette galaxie très active, visible sur un instrument d'amateur, recèle pourtant un noyau très actif.

NGC 4945 vue par la tranche. Les observations laissent supposer que ce foisonnement d’étoiles est une galaxie spirale qui ressemble à notre Voie lactée, avec des bras lumineux en spirales et une barre centrale. Les zones brillantes roses révèlent les régions d’intense formation stellaire connues sous le nom de région HII. Toutefois, au-delà de ces ressemblances, le centre de NGC 4945 est beaucoup plus lumineux et accueille très certainement un trou noir super-massif qui dévore d’énormes quantités de matière et éjecte de l’énergie dans l’espace. NGC 4945 se situe à seulement 13 millions d’années-lumière, dans la constellation du Centaure. Elle apparaît magnifiquement dans cette image prise en utilisant 5 filtres (B, V, R, H-alpha et SII) avec le télescope de 2,20 mètres MGP/ESO à La Silla. Le champ est de 30 x 30 arcminutes (le nord en haut et l’est à gauche). © ESO

Bien que la galaxie NGC 4945 soit vue par la tranche, les observations laissent supposer que ce foisonnement d'étoiles est une galaxie spirale semblable à la nôtre, avec des bras lumineux en spirales et une barre centrale. Au-delà de ces ressemblances, le centre de NGC 4945 est beaucoup plus lumineux et accueille très certainement un trou noir super-massif qui dévore d'énormes quantités de matière et éjecte de l'énergie dans l'espace.

NGC 4945 se situant seulement à 13 millions d'années-lumière, dans la constellation du Centaure, les astronomes amateurs peuvent observer cette remarquable galaxie avec un télescope de taille moyenne. Son nom, NGC 4945, lui vient de son numéro d'enregistrement dans le New General Catalog (Nouveau Catalogue Général) réalisé par l'astronome dano-irlandais John Louis Emile Dreyer dans les années 1880. La découverte de cette galaxie, en 1826, est attribuée à l'astronome écossais James Dunlop, alors en Australie.

Ce nouveau regard sur NGC 4945 nous est offert par l'instrument WFI (Wide Field Imager) installé au foyer du télescope de 2,20 mètres de diamètre MPG/ESO à l'Observatoire de La Silla au Chili. Depuis la Terre, NGC 4945 apparaît en forme de cigare, mais cette galaxie est en fait un disque beaucoup plus large qu'épais avec des bras étoilés et du gaz rayonnant en forme de spirale autour de son centre.

Un noyau très actif : c'est une galaxie de Seyfert

Grâce à l'utilisation de filtres otiques spéciaux pour sélectionner la couleur émise par les molécules de gaz chauffées, comme par exemple celles de l'hydrogène, l'image obtenue (voir au bas de cet article) révèle des zones très nettement contrastées indiquant les régions de formation stellaire. Une vidéo de NGC 4945, réalisée par l'ESO (European Southern Observatory), offre un zoom vertigineux au cœur de cette galaxie.

D'autres observations ont montré que NGC 4945 a un noyau actif, ce qui signifie que son bulbe central émet bien plus d'énergie que des galaxies plus calmes, comme la Voie lactée. Les scientifiques classent NGC 4945 parmi les galaxies de Seyfert, du nom de l'astronome américain Carl K. Seyfert, qui, en 1943, décrivit les signatures particulières des noyaux de certaines galaxies.

Depuis cette étude, les astronomes émettent l'hypothèse que les trous noirs super-massifs sont la cause de la grande agitation que l'on observe dans les galaxies de Seyfert. La force gravitationnelle des trous noirs attire gaz et poussière qui s'échauffent jusqu'à ce que cette matière émette des rayonnements de haute énergie, comme des rayons X ou du rayonnement ultraviolet. La plupart des grandes galaxies spirales comme la Voie lactée possèdent un trou noir en leur centre mais la majorité de ces monstres obscurs ne se nourrit plus de matière, en l'état actuel du développement galactique.