Sciences

Ce soir, une Ariane 5 part en vol mais avec un seul passager

ActualitéClassé sous :Arianespace , accès à l'espace , Ariane 5

Rémy Decourt, Futura-Sciences

Premier lancement de l'année 2016, cette nuit, pour Arianespace. Du Centre spatial guyanais s'élancera une Ariane 5, 273e lanceur de la famille. Elle mettra en orbite un satellite de télécommunications. Un seul, puisqu'il n'y a pas de second passager, comme à l'ordinaire, une preuve, sans doute, d'un marché devenu plus concurrentiel.

Ariane 5 transférée sur son pas de tir de l'Ensemble de Lancement Ariane n°3, d'où sera effectué le lancement. © Esa, Cnes, Arianespace, service optique CSG

En 2015, Arianespace a aligné une série de records dont celui du nombre de lancements avec toute sa gamme (12) et celui de la masse totale injectée en orbite de transfert géostationnaire (53 tonnes sur les 61 lancées). L'entreprise européenne prépare onze lancements cette année, avec un premier tir cette nuite. Ce sera une Ariane 5 ECA, embarquant le satellite de télécommunications Intelsat-29e. Le décollage est prévu dans la nuit de mercredi à jeudi, à l'intérieur d'une fenêtre de tir qui s'ouvrira à 0 h 20 et se fermera à 1 h 40 (heures de Paris). Le lancement est à suivre en direct sur le site Internet d'Arianespace.

La performance demandée au lanceur est de 6,7 tonnes, dont 6.552 kg pour le satellite Intelsat-29e. Ariane 5 l'injectera sur une orbite de transfert géostationnaire standard à inclinaison réduite. L'altitude de l'apogée devrait être de 35.546 km, celle du périgée de 248,8 km et l'inclinaison de 0,5°.

Le satellite Intelsat 29e dans les locaux de Boeing Satellite Systems © Intelsat

La concurrence de SpaceX se fait sentir

Intelsat-29e a été construit par Boeing Satellite Systems autour de la plateforme 702-MP. Ce satellite de télécommunications comprend 56 répéteurs en bande Ku (soit une bande de 9.395 MHz au total), 1 répéteur en bande Ka (soit 450 MHz) et 24 répéteurs en bande C (36 MHz chacun). Il sera positionné à 310° est d'où il couvrira, en bande Ku, les États-Unis, le Canada, l'Europe de l'ouest et l'océan Atlantique nord et, en bandes Ka et C, l'Amérique du Sud, l'Amérique Centrale et les Caraïbes. Avec une puissance électrique de 15,8 kilowatts, sa durée de vie attendue est supérieure à 15 ans.

Ce satellite sera tout seul dans la coiffe du lanceur, et ce n'est pas une très bonne nouvelle. Cette année, en effet, les deux premiers lancements d'une Ariane 5 se feront avec un seul satellite alors que ce lanceur est conçu pour en transporter deux. Arianespace n'a en effet pas de passagers compléntaires, dont la limite en masse est de 3,5 tonnes. Un client prévu n'était pas prêt et, cause moins mise en avant, la concurrence de SpaceX est là, désormais. En effet, même si la société d'Elon Musk ne peut pas rivaliser avec Arianespace sur le marché des satellites de plus de 5 tonnes, elle prend aujourd'hui de la place sur le marché avec son lanceur Falcon 9 en captant de petits satellites GTO, justement de la taille de ceux qu'Ariane 5 peut embarquer à côté d'un gros satellite, réduisant du coup les opportunités de lancements doubles.

VA 228 en chiffres :

  • 69e succès d'affilée pour Ariane 5 (avant ce vol) ;
  • 1er lancement de l'année sur les 11 visés pour la gamme de lanceurs d'Arianespace ;
  • 56e satellite Intelsat lancé par Arianespace depuis Intelsat 507 ;
  • 51e satellite construit par Boeing à être lancé par Arianespace ;
  • 83e lancement d'Ariane 5 depuis son premier vol en juin 1996 ;
  • 523e satellite lancé par Arianespace ;
  • 273e mission des lanceurs de la famille Arianespace.
  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.