Au moins 26 lanceurs Soyouz d'Arianespace pourraient être utilisés depuis plusieurs sites de lancement pour mettre en orbite des centaines de satellites de la constellation OneWeb d'ici fin 2019. © Rémy Decourt

Sciences

En bref : Arianespace lancera la majorité des satellites OneWeb

ActualitéClassé sous :OneWeb , Airbus Defence and Space , Internet par satellite

Après avoir choisi Airbus Defence and Space pour construire les 900 appareils de sa constellation de satellites Internet, OneWeb vient de signer le contrat de lancement avec Arianespace et Virgin Galactic. C'est le plus gros contrat jamais signé pour Arianespace.

OneWeb ne perd pas de temps. Seulement quelques jours après avoir confié à Airbus Defence and Space le développement et la construction des 900 satellites de sa constellation, le nom des lanceurs est connu. La star-up fondée par Greg Wyler, à qui l'on doit également la constellation O3B, a annoncé que quelque 650 des 900 satellites Internet seront lancés par Arianespace et Virgin Galactic entre fin 2017 et fin 2019.

Arianespace prévoit d'utiliser 21 lancements Soyouz, le tout assorti d'options pour cinq autres lancements Soyouz supplémentaires et trois lancements Ariane 6, susceptibles d'être utilisés au-delà de 2020, lorsque ce lanceur sera en service. Afin de ne pas pénaliser l'activité commerciale d'Arianespace, l'entreprise utilisera les ensembles de lancement de Soyouz du Centre spatial guyanais (CSG), ceux de Baïkonour, ainsi que d'autres sites de lancement russes, dont vraisemblablement Plessetsk. « Il s'agit du plus important contrat signé par Arianespace en nombre de lancements », souligne Stéphane Israël, le PDG d'Arianespace. Ce dernier n'a pas précisé le montant qui devrait se situer entre 1 et 2 milliards de dollars.

Quant à Virgin Galactic, qui développe le LauncherOne, elle obtient un contrat de 39 lancements assorti d'une option pour cent autres. En fonction de la configuration finale et de la masse des satellites, le LauncherOne emportera de un à trois satellites. Ceux-ci seront lancés à quelque 500 kilomètres d'altitude d'où ils rejoindront une orbite polaire, à 1.200 kilomètres de la Terre. Les 250 autres satellites seront lancés au fur et à mesure des besoins de la constellation en remplacement de satellites tombés en panne, en fin de vie, ou pour densifier le service au-dessus d'une région précise de la Terre.