Dans certains pays, les femmes peuvent se voir prescrire un congé menstruel, pour cause de règles douloureuses. © gstockstudio, Fotolia

Santé

Congé menstruel : les femmes pas toutes égales face aux règles

ActualitéClassé sous :femme , Corps humain , biologie

L'Italie pourrait mettre en place un congé menstruel pour les femmes qui ont des règles douloureuses, comme le font déjà certains pays asiatiques. De nombreuses femmes souffrent tous les mois de ces douleurs. Des médicaments ou des thérapies alternatives peuvent apporter des solutions.

En mars 2017, l'Italie étudiait un projet de loi visant à instaurer un congé menstruel pour les femmes sujettes aux règles douloureuses. En Zambie, le pays a autorisé en janvier un jour de congé par mois pour les femmes qui rencontrent ce problème. Le congé menstruel existe aussi dans plusieurs pays asiatiques comme le Japon. En France, le débat est lancé. Certains craignent qu'un tel congé ne soit pas forcément une bonne chose pour les droits des femmes, car elles pourraient subir encore plus de discriminations au travail. Au-delà du débat sociétal, c'est l'occasion de rappeler ce que sont les règles douloureuses, leurs causes possibles et les traitements existants.

Les règles douloureuses (dysménorrhée) sont fréquentes chez les femmes et, heureusement, souvent sans gravité, mais elles impactent la qualité de vie. D'après l'assurance maladie, plus de la moitié des adolescentes seraient concernées ; ces douleurs des premières règles peuvent alors s'estomper avec le temps. Mais les douleurs réapparaissent souvent chez les femmes adultes ; chez elles, une dysménorrhée est parfois le signe d'une pathologie : endométriose, fibrome utérin, kyste, infection...

Les douleurs des règles durent en général un ou deux jours, en particulier le jour où le saignement est le plus important. Elles touchent le bas ventre (avec par exemple des crampes, spasmes), voire le dos, les cuisses. D'autres symptômes sont possibles : nausées, vomissements, migraine, fatigue, diarrhée...

La contraception hormonale peut aider à calmer les douleurs des règles, voire supprimer les règles. © farland9, Fotolia

Des solutions de traitements contre les règles douloureuses

Un anti-inflammatoire non stéroïdien peut calmer les douleurs des règles car ces médicaments limitent les contractions douloureuses de l'utérus. De plus, une contraception hormonale peut apporter une solution aux problèmes de dysménorrhée, car les règles sont généralement moins abondantes et les contractions moins fortes avec la pilule. Certains contraceptifs peuvent même arrêter les règles.

Si les traitements ne calment pas la douleur, il faut consulter un médecin. De la même façon, des douleurs qui se prolongent sur plusieurs jours, avant et après les règles, des saignements entre les règles ou des règles très abondantes doivent inciter à voir un médecin. Si ce dernier soupçonne une pathologie responsable des règles douloureuses, une échographie peut être réalisée.

Des solutions plus naturelles peuvent aussi aider à soulager les douleurs des règles. Ainsi, l'acupuncture semble efficace, comme l'a montré une revue de littérature de 2011 qui s'est intéressée à six études incluant 673 femmes. D'après ces travaux, l'acupuncture réduisait la douleur, par rapport à un placebo, des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou des plantes chinoises. D'après une autre étude parue en 2014, la chaleur, par exemple avec un coussin chaud sur le ventre, soulagerait aussi les douleurs des règles.

  • Certains pays dans le monde ont mis en place un congé menstruel pour les femmes souffrant de règles douloureuses.
  • Les douleurs des règles sont fréquentes chez les femmes et les adolescentes.
  • Elles peuvent souvent être soulagées par des anti-inflammatoires non stéroïdiens.
Cela vous intéressera aussi

L'arbre antidouleur d'Afrique  Le neurobiologiste Michel de Waard raconte comment avec son équipe ils ont découvert qu'une plante médicinale, le pêcher africain, contenait de fortes doses de tramadol, un antidouleur de synthèse sur le marché depuis 40 ans. © Inserm