Les règles synchronisées, un mythe plus qu’une réalité. © drubig-photo, Fotolia

Santé

Les femmes qui vivent ensemble ont-elles vraiment leurs règles en même temps ?

ActualitéClassé sous :femme , règles , cycle menstruel

Par Marie-Céline Jacquier, Futura

Les règles qui se synchronisent, mythe ou réalité ? Une étude réalisée avec une application suggère que les femmes qui vivent ensemble ne synchronisent pas leurs cycles menstruels. Sur 360 « couples » de femmes étudiés, la grande majorité avait des cycles qui divergeaient.

Le mythe est tenace. Il s'appuie sur une publication de 1971 de Martha McClintock qui avait suivi 135 étudiantes partageant le même dortoir. Ces travaux qui concluaient à une synchronisation des cycles ont été remis en cause par la suite. Cette fois-ci, une petite étude pilote réalisée par l'application Clue, en partenariat avec l'université d'Oxford, égratigne un peu plus cette théorie.

Comme expliqué sur le site de l’application, Clue a demandé à des utilisatrices si elles pensaient que leurs cycles se synchronisaient avec une autre femme, quelle était leur relation avec cette femme (amie, sœur, mère, fille, partenaire, colocataire, collègue de travail) et si elles vivaient ensemble. 1.500 ont proposé d'y participer. 360 binômes ont été retenus avec les critères suivants : les deux femmes devaient être des utilisatrices de Clue, avoir eu des règles dans l'année précédente, ne pas être sous contraception hormonale et vivre dans la même ville.

Pas de synchronisation des cycles menstruels

En analysant trois cycles consécutifs chez chaque binôme, l'enquête a montré que la grande majorité (273 binômes) avait plus de différences dans leurs dates de règles à la fin de l'étude qu'au début. 79 d'entre eux, au contraire, avaient des cycles qui se rapprochaient au cours de l'étude. Sur les 360 binômes, la moyenne des différences au début était de 10 jours et à la fin, de 38 jours.

Le fait d'habiter sous le même toit n'augmentait pas la probabilité de synchroniser ses cycles : 37 % des binômes (100 sur 273) dont les cycles divergeaient vivaient ensemble, contre 24 % de celles dont les cycles convergeaient (19 binômes sur 79). Les cycles avaient donc plus tendance à diverger qu'à converger. Dans The Guardian, Marija Vlajic, scientifique pour Clue, conclut : « il est très peu probable que la synchronisation des cycles soit un phénomène réel. La synchronisation menstruelle parmi l'échantillon que nous avions n'existait pas ».