Crétacé : le règne des poissons et les lignées fantômes

DossierClassé sous :zoologie , géologie , poisson

-

La diversité des poissons osseux marins a explosé au Crétacé, il y a 100 millions d'années, alors que la température moyenne des océans était très élevée. Cette abondance d'espèces est bien représentée dans les gisements fossilifères du Liban. Comment déchiffrer les archives fossiles en évitant les biais liés aux caprices de la fossilisation ?

  
DossiersCrétacé : le règne des poissons et les lignées fantômes
 

La diversité des poissons osseux marins a explosé au Crétacé, il y a 100 millions d'années, alors que la température moyenne des océans était très élevée. Cette abondance d'espèces est bien représentée dans les gisements fossilifères du Liban. Comment déchiffrer les archives fossiles en évitant les biais liés aux caprices de la fossilisation ?

Il fut un temps, il y a plus de 370 millions d'années, où tous les vertébrés étaient des poissons.

Les autres poissons, dont il ne sera plus question dans cet article, sont les poissons cartilagineux, les raies, les requins et les chimères, et les poissons osseux à nageoires charnues, les dipneustes et les cœlacanthes. Bien que chacun de ces groupes de poissons, pris séparément, forme un ensemble naturel, ou monophylétique (c'est-à-dire un groupe qui comprend un ancêtre et l'ensemble de ses descendants uniquement) les poissons dans leur ensemble ne forment pas un tel groupe. Ainsi un chat, par exemple, est plus proche phylogénétiquement d'une truite que cette dernière ne l'est d'un requin tigre.

Revenons aux actinoptérygiens et particulièrement à leurs espèces fossiles. Les plus anciens actinoptérygiens sont des restes datant du Silurien, il y a 430 millions d'années. D'abord rares, ils n'ont cessé de se diversifier et au Crétacé, entre 150 et 65 millions d'années, leurs familles constituaient plus de la moitié des familles de vertébrés en milieu marin. Rapidement, les actinoptérygiens ont également occupé les eaux douces où ils présentent aujourd'hui une diversité presque aussi importante que celle du milieu marin.

Les fossiles d'actinoptérygiens datant du Crétacé ne sont pas rares si on les cherche dans les roches adéquates.


 

Des marnes, formées dans des environnements d'eau douce il y a 150 millions d'années en Thaïlande, contiennent des accumulations d'actinoptérygiens aux écailles recouvertes d'émailLepidotes buddhabutrensis Cavin et al., 2003.

Dans des roches plus jeunes, formées dans une mer recouvrant l'actuelle Angleterre il y a environ 120 millions d'années, on retrouve les restes d'actinoptérgiens pétrifiés dans des argiles. Ici, Gillicus serridens (Woodward, 1901).

Puis, certains d'entre-eux adoptèrent un mode de vie partiellement terrestre et évoluèrent vers les amphibiens, les reptiles, les mammifères et les oiseaux. Les poissons comprenaient alors des animaux très différents de ceux que nous connaissons de nos jours. Aujourd'hui, malgré la diversification des animaux terrestres, plus de la moitié des espèces de vertébrés sont des poissons, et parmi eux 85 % sont des poissons osseux à nageoires rayonnantes, des actinoptérygiens. Ces derniers comprennent la grande majorité des poissons que nous côtoyons dans nos lacs, nos mers et nos assiettes : perche, anguille, hippocampe, thon, sardine, silure, carpe, tétra, et bien d'autres en sont.