Maison

L'inertie thermique des matériaux : béton, brique...

Dossier - L'inertie thermique, clé de la maison
DossierClassé sous :Bâtiment , Maison , inertie thermique

Parent pauvre de la conception de l’habitat conventionnel, l’inertie thermique est pourtant un élément prépondérant de la gestion des ambiances thermiques intérieures. Quelle que soit la saison, elle est source de confort et d’économies d’énergie dans la maison.

  
DossiersL'inertie thermique, clé de la maison
 

Quelle que soit l'inertie thermique recherchée, les matériaux (brique, pierre, béton...) doivent capter au mieux le rayonnement. Les surfaces mates, foncées et granuleuses affichent les meilleurs taux d'absorption.

Pour l'inertie d'absorption, il faut choisir des matériaux bons stockeurs de chaleur

Des matériaux qui stockent la chaleur : terre, pierre, brique et béton

Les matériaux denses à forte capacité thermique comme la terre (pisé, bauge, brique de terre comprimée), la pierre, la brique, le béton conviennent pour cet usage.

Enduire les murs de chaux, un matériau à forte capacité thermique. © Shutterstock, Alexander Tihonov

L'effusivité thermique et la diffusion thermique

Pour l'inertie de transmission, on recherche des matériaux dotés d'une bonne rapidité d'absorption et de restitution de la chaleur. C'est donc l'effusivité et la diffusivité qui sont à prendre en compte :

  • L'effusivité thermique : plus elle est élevée, plus le matériau absorbe rapidement la chaleur d'une pièce, que celle-ci provienne d'une source interne ou du rayonnement solaire. L'élévation de température dans le local sera donc limitée. C'est pourquoi on privilégiera les matériaux ayant une grande effusivité. « Cette donnée est fondamentale, explique Olivier Sidler, responsable d'Énertech, un bureau d'études spécialisé dans la maîtrise de l'énergie, car elle évite de croire que le bois, la brique monomur, ou le béton cellulaire (matériaux à faible effusivité) sont parfaits pour stocker et restituer rapidement la chaleur ! »

  • La diffusivité thermique : elle caractérise la vitesse à laquelle la chaleur se propage, par conduction, dans un corps. Plus elle est faible, plus le front de chaleur mettra du temps à traverser l'épaisseur du matériau (déphasage important entre le moment où la chaleur arrive sur une face du mur et le moment où elle atteindra l'autre face). Cette donnée est donc importante pour la construction de murs capteurs.
Les enduits terre sont appréciés pour l’inertie superficielle qu’ils apportent. © Sylvain Moréteau

Pour développer l'inertie superficielle, on appliquera des enduits à base de matériaux à forte capacité thermique (terre, chaux, ciment) ou des carreaux de terre cuite, sur des épaisseurs de 2 à 4 cm. Veillez à ne pas occulter ces surfaces par la suite, au moment d'aménager l'espace.