Mots-clés |
  • Astronomie,
  • astéroïde,
  • comète,
  • soleil,
  • Jupiter,
  • Système solaire,
  • planète,
  • Eau

Scheila, l'astéroïde devenu comète !

Les astronomes ont eu la surprise il y a quelques jours de découvrir l'astéroïde 596 Scheila en train de dégazer copieusement, comme le ferait une comète s'approchant du Soleil. Une nouvelle preuve de la parenté entre astéroïdes et comètes qui renforce l'idée de l'existence d'une ceinture principale de comètes.

L'astéroïde 596 Scheila photographié le 12 décembre 2010 en plein dégazage. © J. Brimacombe L'astéroïde 596 Scheila photographié le 12 décembre 2010 en plein dégazage. © J. Brimacombe  

Scheila, l'astéroïde devenu comète ! - 1 Photo

PDF

Steve Larson du Lunar and Planetary Laboratory (LPL) de l'Université d'Arizona a été le premier à signaler le 11 décembre l'apparition d'une activité cométaire sur l'astéroïde Scheila, dont l'éclat a augmenté d'une magnitude. Cet astéroïde avait été découvert le 21 février 1906 par l'astronome allemand August Kopff, un chasseur de comètes et d'astéroïdes travaillant à l'observatoire d'Heidelberg. Par galanterie, Kopff proposa de donner à cet objet le nom d'une de ses amies, étudiante anglaise. Le télescope infrarouge IRAS a estimé il y a quelques années la taille de 596 Scheila à 113 kilomètres et sa période de rotation à un peu moins de 16 heures.

Une fois l'alerte donnée par Steve Larson, d'autres observateurs ont rapidement confirmé le dégazage observé. Les astronomes ont fait appel au réseau de surveillance du ciel du Catalina Sky Survey dont les trois télescopes automatisés (deux en Arizona et un en Australie) traquent en permanence les astéroïdes susceptibles de s'approcher un peu trop près de la Terre. Les clichés antérieurs montrent que Scheila a commencé à dégazer et à augmenter en luminosité à partir du 3 décembre. Ce phénomène pourrait être provoqué par l'impact d'un petit astéroïde sur Scheila ; un événement identique avait été détecté il y a quelques mois par Linear, un autre réseau de surveillance qui avait découvert une fausse comète baptisée P/2010 A2. Mais les astronomes pensent de plus en plus que certains astéroïdes sont des comètes temporairement inactives.

Une ceinture principale de comètes ?

Il y a un peu plus de 30 ans les astronomes ont découvert le premier exemplaire d'astéroïde-comète. OW7 1979 est un caillou de l'espace retrouvé en 1996 avec un aspect cométaire. Redevenu inactif, il a de nouveau dégazé en 2002, ce qui lui a valu d'être renommé comète 133P/Elst-Pizarro, du nom des deux astronomes qui avaient découvert ses changements d'état. C'est à partir de là que les astronomes ont envisagé l'existence d'une ceinture de comètes qu'ils ont appelé MBC (pour Main Belt Comets).

Il s'agirait d'un réservoir de comètes actives par intermittence, placé à l'intérieur de l'orbite de Jupiter, tout comme les astéroïdes faisant partie de la ceinture principale. Cette hypothèse s'appuie notamment sur la collecte des micrométéorites dans les glaces de l'Antarctique. Ces poussières célestes provenant de la ceinture d'astéroïdes se sont révélées semblables aux poussières analysées par la mission Stardust lors de sa rencontre avec la comète Wild 2. Le survol récent d'une autre comète, Hartley 2, a confirmé l'étonnante ressemblance de cet astre chevelu avec un astéroïde, Itokawa.

À ce jour les astronomes ont identifié avec certitude cinq corps circulant dans cette nouvelle ceinture, des astéroïdes qui de temps à autre, lorsqu'ils passent au périhélie (le point de leur orbite le plus proche du Soleil), se mettent à dégazer comme des comètes par sublimation de la glace d'eau à leur surface. Si l'existence de cette ceinture principale de comètes est confirmée, elle sera le troisième réservoir connu d'astres chevelus. Mais alors que le nuage de Oort et la ceinture de Kuiper se situent en dehors du Système solaire, la ceinture principale de comètes se trouve beaucoup plus proche de nous. Ainsi, les corps qui la constituent pourraient avoir joué un rôle majeur sur notre planète en y apportant de l'eau enrichie d'une chimie prébiotique favorable à l'apparition de la vie.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires