Mots-clés |
  • océanographie

Naufrage du Titanic : pourquoi le paquebot a-t-il coulé si rapidement ?

À l’aube du centenaire du naufrage du Titanic, de multiples théories refleurissent sur les causes du drame. De nombreuses analyses réalisées sur les restes de l’épave démontrent que plusieurs erreurs ou négligences ont été commises durant sa conception et sa construction.

Cette photographie réalisée par Stephan Rehorek montre l'un des icebergs soupçonnés d'avoir heurté le RMS Titanic. © Stephan Rehorek, DP Cette photographie réalisée par Stephan Rehorek montre l'un des icebergs soupçonnés d'avoir heurté le RMS Titanic. © Stephan Rehorek, DP

Naufrage du Titanic : pourquoi le paquebot a-t-il coulé si rapidement ? - 4 Photos

PDF

Le naufrage du RMS Titanic (RMS signifie Royal Mail Ship, ce terme est associé aux navires britanniques transportant du courrier à l'étranger), survenu dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, n’est pas simple à expliquer car sont intervenus de nombreux aspects tant environnementaux qu’humains ou encore techniques. De nouvelles théories ont vu le jour dernièrement pour expliquer la présence des icebergs cette nuit-là, comme par exemple des perturbations atmosphériques ayant faussé de nombreux repères visuels. Les théories sur le naufrage ne manquent pas. Elles remettent en question les actions de l’équipage, mais pointent surtout du doigt la conception même de ce navire de 46.000 tonnes et l’ambition démesurée du constructeur naval.

Certaines erreurs dans la conception du navire sont bien connues. Par exemple, le Titanic manquait cruellement de canots de sauvetage. En effet, les 20 embarcations de secours présentes à bord (16 en bois et 4 pliables) ne pouvaient embarquer que 1.178 personnes, soit environ 53 % du nombre total de passagers (2.228) effectuant la traversée vers New York.

Par ailleurs, ce paquebot transatlantique était considéré comme quasiment insubmersible grâce à la présence de 16 compartiments étanches et à un double fond. Théoriquement, le navire pouvait se maintenir à flot malgré l’inondation de 4 caissons. Malheureusement, la collision avec l’iceberg en a noyé six... Ce n’est pas tout, leur remplissage a fait pencher le navire vers l’avant, permettant ainsi à l’eau de passer au-dessus des cloisons étanches (elles atteignaient les ponts D ou E). Une question demeure : comment l’eau a-t-elle pu envahir les entrailles du navire si rapidement au point de le faire sombrer en seulement 2 heures 40 ? Revenons sur les découvertes faites dans les années 1990 et 2000.

Composition du RMS Titanic. Ce paquebot transatlantique était équipé d'une piscine intérieure, de bains turcs et même d'une salle de squash. © Idé
Composition du RMS Titanic. Ce paquebot transatlantique était équipé d'une piscine intérieure, de bains turcs et même d'une salle de squash. © Idé

L’acier du Titanic était fragile

Quelque 2.000 plaques d’acier d’une épaisseur de 2,5 cm constituaient la partie basse du navire. En 1996 et 1997, Phil Leighly, un spécialiste américain des métaux de l’université du Missouri, a étudié avec attention des échantillons de la coque remontés à la surface en collaboration avec l'un de ses doctorants. Il a notamment étudié la composition du métal  réalisé des tests de résistance. Ses conclusions ont été publiées dans la revue Journal of Metals (JOM) en 1998.

L’acier a été produit dans des fours dits Martin. Il était donc riche en phosphore, soufre et oxygène et pauvre en azote et silicium, une composition confirmée par des microanalyses aux rayons X. Ces caractéristiques rendent le métal fragile à basses températures. Il se brise facilement au lieu de se déformer. Or l’eau de l’Atlantique avait une température légèrement négative (-1 à -2 °C) la nuit du drame. Par comparaison, la coque du Titanic était 15 fois plus fragile que celle d’un navire actuel.

Petit rappel des principales caractéristiques du RMS Titanic. © Idé
Petit rappel des principales caractéristiques du RMS Titanic. © Idé

Des rivets de seconde qualité

Mais l’expert précise un élément : l’acier était le meilleur de son époque. Sa fragilité n’explique donc pas tout, et surtout pas les entrées d'eau ! En effet, aucune fissure ou déchirure n’a été retrouvée dans la coque du paquebot lors de son exploration par des sous-marins équipés de sonars. L’eau serait en réalité entrée par six joints qui ont cédé entre des plaques d’acier. Mais comment l’expliquer ?

Timothy Foecke, un expert métallurgiste américain du NIST Center for Metal Forming, propose une explication après plusieurs mois d’enquête. Il a publié ses résultats dans un ouvrage, coécrit avec Jennifer Hooper, McCarthy intitulé What Really Sank the Titanic: New Forensic Discoveries (paru en 2008).

Les plaques d’acier étaient maintenues entre elles par trois millions de rivets. Or les chantiers navals Harland & Wolff ont construit les trois plus grands paquebots de l’époque simultanément : le Titanic, l’Olympic et le Britannic. Neuf millions de rivets ont donc été commandés en seulement trois ans. Pour faire face à une pénurie de pièces en acier, des éléments en fer forgé ont été utilisés à la poupe et à la proue du navire. Quarante-huit d’entre eux ont été retrouvés sans tête à proximité de l’épave, remontés à la surface et analysés.

Que s'est-il réellement passé lorsque le navire a percuté l'iceberg ? Voici la réponse en image. Selon des témoignages de survivants, l'iceberg émergeait de 15 à 18 mètres hors de l'eau, puisqu'il dépassait un peu le gaillard d'avant. © Idé
Que s'est-il réellement passé lorsque le navire a percuté l'iceberg ? Voici la réponse en image. Selon des témoignages de survivants, l'iceberg émergeait de 15 à 18 mètres hors de l'eau, puisqu'il dépassait un peu le gaillard d'avant. © Idé

Ces pièces en fer pouvaient résister à une pression de 4 tonnes. Pourtant, une gamme supérieure (dont la résistance est de 9 tonnes) existait à l’époque de la construction. Pire encore, le pourcentage de scories contenues dans le fer était très important (9,3 %) et surtout très variable d’une pièce à l’autre (certaines avaient un taux de 17 %). Ces impuretés provenant de la fonte du minerai sont nécessaires à hauteur de 2 % pour assurer la solidité du métal. Au-delà, le fer devient de plus en plus fragile. Par ailleurs, les scories parcouraient le corps des rivets longitudinalement avant de pivoter de 90° au niveau de la tête, créant ainsi une zone de fragilité. 

La nuit du drame, l’iceberg aurait exercé une importante pression sur les plaques en acier du navire (voir l'infographie ci-dessus). Celles-ci se seraient courbées et auraient fait sauter les têtes des rivets en fer par un effet « pied de biche ». Les plaques se seraient alors désassemblées, laissant le passage libre pour l’eau. L’utilisation de rivets en acier sur tout le navire aurait permis au Titanic de mieux résister et surtout de couler moins vite, laissant ainsi le temps aux navires de secours d’arriver.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires