Après le décès du conducteur d'une Tesla Model X ayant percuté un séparateur de voies sur l'autoroute alors que l'Autopilot était activé et un autre accident sans gravité, plusieurs autres témoignages pointent un possible problème du logiciel dans la gestion de ce type d'infrastructures routières.
Cela vous intéressera aussi

Le logiciellogiciel de conduite assistée Autopilot, qui fait la fierté de TeslaTesla, a semble-t-il un gros problème lorsqu'il s'agit de distinguer les séparateurs de voies. Le 23 mars, le conducteur d'une Model X trouvait la mort dans l'accidentaccident de sa voiture électriquevoiture électrique qui s'était encastrée dans un séparateur de voies en bétonbéton. Tesla a reconnu que l'Autopilot du véhicule était activé au moment du choc.

La semaine dernière, la chaîne de télévision locale d'ABC dans la région de San Francisco (États-Unis), KGO-TV, révélait l'existence d'un accident similaire, cette fois sans gravitégravité, qui s'est produit en septembre 2017 avec une Tesla Model S dont l'Autopilot était actif. Le logiciel n'a pas détecté le séparateur de voies et l'a percuté, occasionnant d'importants dégâts.


La vidéo tournée par un conducteur de Tesla montre que l’Autopilot ne détecte pas la présence d’un séparateur de voies et se dirige droit dessus. © Cpddan

L'Autopilot Tesla n'empêche pas tous les accidents

Ces accidents ne sont pas les seules preuves quant à une possible difficulté de l'Autopilot à gérer les séparateurs de voies. Deux autres conducteurs de Tesla ont publié des vidéos dans lesquelles ils reproduisent les conditions dans lesquelles les deux crashs se sont produits. Dans les deux cas, on peut voir comment la voiture, Autopilot engagé, se dirige droit sur le séparateur de voies. Le premier conducteur a tout juste le temps de donner un coup de volant pour éviter la collision tandis que le second écrase la pédale de frein.

Tesla n'a pour le moment pas évoqué l'existence d'un problème spécifique de l'Autopilot avec les séparateurs de voies. Comme il l'a fait après chaque accident, le constructeur rappelle que son logiciel de pilotage automatique nécessite que le conducteur garde ses mains sur le volant et soit attentif à la route. « L'Autopilot Tesla n'empêche pas tous les accidents ; une telle norme serait impossible, mais il les rend beaucoup moins susceptibles de se produire », assure le constructeur. Il y a en effet plusieurs exemples où l'on voit le système anticiper un accident et, sans doute, sauver des vies.