Tech

Spam : sachez ne pas laisser traîner votre adresse email

ActualitéClassé sous :Internet

-

La récupération d'adresses email est devenue une industrie. Les fichiers ainsi constitués servent à l'envoi de ces courriers qui promettent une vie meilleure, des cartouches d'encre pas chères et la paix des ménages. Mais comment votre adresse est-elle arrivée là ? La Federal Trade Commission américaine a mené une expérience intéressante...

Spam : sachez ne pas laisser traîner votre adresse email

Si tout le monde est d'accord pour affirmer que la publicité sauvage est le fléau de l'email, bien peu cherchent à en comprendre l'origine. La France vient bien de s'y mettre, avec la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) et sa "boîte à spam", mais ce n'est qu'un programme de collecte : les internautes mécontents peuvent y envoyer les pubs reçues, à des fins statistiques. Les chiffres sont intéressants (plus de 203 000 courriers reçus en quatre mois), mais ils ne disent rien sur l'origine de ces emails et, mieux, comment les internautes se sont retrouvés victimes de cet harcèlement.

La Commission Fédérale du Commerce américaine est allée plus loin et à créé 275 adresses email fictives, qu'elle a publié sur 175 supports différents (sites web, forums publics, espaces de discussion). L'objectif était de mesurer le nombre de publicités sauvages (spam) reçues par ces adresses, et d'en tirer des statistiques pour chaque support.
La commission n'a pas été déçue ! Neuf minutes après avoir posté une adresse sur un forum de discussion, elle recevait une première publicité. Au final, 100% des adresses diffusées sur des forums de discussion ont étés spammées !

Seconds ex-aequo au podium, les newsgroups et les sites web professionnels apparaissent très surveillés par les spammeurs : 86% des adresses postées ont reçues de la publicité.

L'étude présente cependant des résultats étonnants. Ainsi, aucune adresse publiée sur des services de rencontre ou via des CV en ligne n'ont étés spammées. Pire : aucune de celles listées dans les annuaires "whois", qui recensent les propriétaires de noms de domaines, n'ont reçues de spam. Cela semble difficile à croire : l'adresse utilisée exclusivement pour le dépôt du nom de domaine de Les Nouvelles.net est immédiatement devenue une zone sinistrée, et n'est aujourd'hui plus utilisable tant le volume de publicité est élevé.
En dépit de cette incohérence, l'étude de la FTC a le mérite de montrer les supports dangeureux pour qui souhaite éviter le spam. Adeptes des newsgroups et des salons de discussion, pensez à vous créer une adresse chez un webmail gratuit avant de vous dévoiler ! Quant aux webmasters, ils ont tout intérêt à remplacer leur page de contact par un formulaire, afin d'éviter le siphonage de leurs adresses. Une autre méthode, certes moins élégante, consiste aussi à remplacer le texte des adresses email par une image le représentant. Les robots voleurs d'adresses ne savent pas lire ces dernières. Pour le moment...

En savoir plus : Les chiffres de l'étude, en Français, sur "Le Journal du Net"

Cela vous intéressera aussi