Un nouveau clone de Deezer vient d'ouvrir ses portes. Il s'appelle Jiwa. Au menu, lecture streaming, recherche de morceaux, partage de playlists, recommandations, profils, invitation d'amis, bref, le topo habituel. Le service est gratuit ; les ayants droit, qui se résument pour l'instant à Universal Music France et tous les labels agrégés par Believe, sont rétribués grâce à la publicité.
Cela vous intéressera aussi

La différence avec Deezer se situe en revanche dans la qualité de son. "Nous utilisons les meilleurs procédés d'encodage pour vous offrir le meilleur du son" assure le portailportail. Ces morceaux sont encodés au format OggVorbisOggVorbis et fournis directement par les maisons de disque, contrairement au premier où ce sont les internautes qui "uploadent" eux-mêmes leurs morceaux. Le revers de la médaille, c'est que le catalogue est par conséquent beaucoup plus restreint : 400.000 titres sur Jiwa, contre 1,5 million sur Deezer. Mais cette offre devrait s'étoffer au gré des accords.

Notons quelques fonctions intéressantes, comme la possibilité de consulter les charts de lecture mondiaux, américains, britanniques, ou français ; les utilisateurs les plus populaires ; ou les playlistsplaylists les plus jouées. La Simili RadioRadio est ce qui fait office de système de recommandation. Malheureusement, avec le peu de titres en stock, elle dévie assez vite vers des artistes n'ayant aucun rapport avec celui que vous aviez entré au départ.

Jiwa a opté pour la diffusiondiffusion des morceaux après la négociation des droits ; Deezer fait exactement le contraire : ses titres sont d'abord diffusés par les internautes, puis déclarés auprès de la Sacem. Deezer a donc pris plus de risques mais le résultat s'est révélé payant puisque son catalogue est aujourd'hui bien étoffé, au prix de quelques différends avec Universal lors de son lancement.  Jiwa, qui a choisi une voie plus "respectueuse" des maisons de disque, arrivera-t-il cependant à se faire une place à ses côtés ?