Le drone de Flybotic est allégé de deux moteurs et son système d’hélices contrarotatif permet d’économiser de l’énergie. Il multiplie par deux l’autonomie. © Flybotic

Tech

INS | Ce drone ne possède que deux hélices, pour deux fois plus d'autonomie

ActualitéClassé sous :drone , EPFL , drone quadrirotor

-

Afin de doubler l'autonomie d'un drone, un scientifique issu de l'École polytechnique fédérale de Lausanne a mis au point un drone doté de deux rotors superposés contrarotatifs. Un algorithme garantit de la stabilité.

Les drones quadrirotor sont précis, stables et fiables, mais dès qu'il s'agit de réduire leur taille, la multiplication des moteurs réduit l'autonomie de la batterie. Cette consommation est également amplifiée par un poids de batterie proportionnellement plus conséquent pour un drone de petites dimensions. Pour régler ce souci, Samir Bouabdallah, de la startup Flybotix incubée à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), a mis au point un drone birotor. L'appareil, de 30 cm de large, dispose de deux rotors et donc deux hélices superposées. Elles sont contrarotatives, c'est-à-dire que les hélices tournent dans un sens opposé, comme pour certains modèles d'hélicoptères.

« Le nouveau drone à double hélice peut voler deux fois plus longtemps », Samir Bouabdallah, cofondateur et CEO de Flybotix. © Flybotix, YouTube. Pour obtenir une traduction, cliquer sur la roue dentée en bas de l'écran, puis choisir le sous-tirage en français.

Diviser par deux les hélices pour multiplier par deux l’autonomie

Il ne s'agit pas vraiment d'une invention en matière de drone, puisque ce genre de configuration existe déjà depuis des années. Avec son modèle le chercheur affirme qu'il est parvenu à multiplier l'autonomie par deux, par rapport à un quadrirotor du même gabarit. La vraie nouveauté est qu'au lieu d'être équipé d'un système mécanique modulant le pas des pales de l'hélice, la stabilisation repose entièrement sur des algorithmes. C'est ce procédé qui permet également d'augmenter la capacité de la batterie.

Pour ce drone qui est déjà fonctionnel, Samir Bouabdallah mise sur les applications industrielles et notamment la surveillance par drone des installations. C'est aussi pour les besoins de cet usage que l'aéronef dispose d'un cerclage en mousse aussi léger que capable d'absorber des chocs. La startup a déjà noué quelques contacts en Chine pour débuter la commercialisation de son appareil.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Faire du surf avec un drone ? C'est possible !  On connaissait le kitesurf, voici désormais le dronesurfing. L’idée est simple : on remplace le cerf-volant par un drone qui va tracter le surfeur. Évidemment, il faut un engin assez puissant. Dans le cas présent, il s’agit d’un octocoptère conçu pour un usage professionnel qui a été détourné de sa vocation initiale. On vient peut-être d’inventer le surf pour les nuls !