Bell a dévoilé son concept de taxi volant qu'il développe pour Uber. Muni de six rotors carénés inclinables, il utilisera une propulsion hybride électrique développée par le Français Safran Helicopter Engines.

Cela vous intéressera aussi

Depuis 2016 et la présentation du Ehang 184, le CES est devenu l'évènement de prédilection pour les projets de taxis volants. En 2017, c'est Airbus qui profitait du salon pour dévoiler son concept Pop.Up. Cette année, c'est l'Américain Bell (anciennement Bell Helicopter) qui a fait l'animation au Consumer Electronics Show avec son taxi volant Nexus.

L'entreprise a présenté un « concept design », autrement dit une maquette non fonctionnelle à taille réelle, de son aéronefaéronef à décollage et atterrissage verticaux (adav). L'appareil est muni de six rotors carénés inclinables dont la propulsion hybride-électrique (batteries+turbine à gazturbine à gaz+générateur) de 600 kWe développé par SafranSafran Helicopter Engines. Ce choix de motorisation a été fait afin de pouvoir emporter plus de charge et de mieux gérer les différentes phases de vol. Le Nexus pourra accueillir cinq passagers pour un poids total de 272 kgkg.

La présentation du Bell Nexus au CES 2019. © Bell

Le premier vol d’essai est prévu pour 2020

Une fois opérationnel, l'engin est censé rejoindre la flotte de taxis volants du futur service Uber Air. Bell fait en effet partie des industriels qui ont choisi de s'associer au projet d'Uber lancé en 2017. Lors du CES 2018, Bell avait déjà présenté la cabine du Nexus.

Cette année, la maquette est là pour témoigner de l'avancée du projet, mais l'entreprise s'est montrée avare en détails techniques. La seule information réellement concrète que Bell a confirmé durant le Consumer Electronics Show est que le premier vol d'essai du Nexus aura lieu en 2020. À suivre donc...