La Reconquista en Espagne désigne la reconquête de la péninsule ibérique, sous domination musulmane depuis 711, par les chrétiens européens. Symboliquement, elle commence vers 722, lorsque Pélage, descendant des rois wisigoths, après avoir fondé le royaume des Asturies, remporte une première victoire sur les maures à Covadonga.

Cela vous intéressera aussi

Vers le premier millénaire, la péninsulepéninsule ibérique est majoritairement occupée par les musulmans. Seuls, quelques petits royaumes chrétiens subsistent dans le nord : les Royaumes de Léon, de Navarre, de Castille et d'Aragon. Mais cette Espagne chrétienne est divisée et s'allie parfois avec les musulmans pour se combattre les uns les autres. Les conditions sont très défavorables à la Reconquista. Mais la tendance s'inverse bientôt. Alors que la Castille annexe le Léon en 1037, et devient puissante sous Ferdinand Ier, c'est le grand califat de Cordoue qui se morcelle en différentes principautés maures : les « royaumes de Taifas ». En parallèle, les pèlerinages sur le tombeautombeau de Saint-Jacques-de-Compostelle - qui deviendra le saint patron de la Reconquista - favorisent les échanges avec le reste de la Chrétienté en Europe et de la noblesse étrangère. Des chevaliers français viennent combattre auprès des Castillans pour faire reculer les musulmans qui devront de pouvoir leur résister que grâce à une adroite alliance avec des Berbères d'Afrique du Nord, les Almoravides.

La capture de Séville par Ferdinand III en 1248. Peinture de Francisco Pacheco en 1625. © <em>Wikimedia Commons</em>, domaine public
La capture de Séville par Ferdinand III en 1248. Peinture de Francisco Pacheco en 1625. © Wikimedia Commons, domaine public

La Reconquista se transforme en croisade

Chez les maures, une nouvelle dynastie s'impose au sud de l'Espagne : celles des Almohades, qui prêchent la guerre sainte et un Islam plus rigoureux. Ces réformistes infligeront une cruelle défaite à la Castille, lors de la bataille d'Alarcos, en 1195. C'est au cours du XIIe siècle que les chrétiens comprennent qu'ils n'ont plus d'autre choix que de s'unir. La Reconquista se transforme alors en croisade, soutenue par le Pape Innocent III qui prêche pour l'unité religieuse du pays et, en 1212, une bataille décisive est remportée à Las NovasNovas de Tolasa. Cordoue, ValenceValence et Séville tomberont ensuite. À la fin du XIIIe siècle, les musulmans n'occuperont plus que le royaume de Grenade. La Castille et l'Aragon deviendront les deux plus grands royaumes issus de la Reconquista.

Unifiée politiquement autour du catholicisme, l'Espagne connaîtra alors une certaine prospérité, favorisée par les échanges culturels entre chrétiens, juifs et musulmans. Mais la tolérance religieuse prendra fin vers 1480. En l'an 1492, les rois chrétiens s'empareront de GrenadeGrenade. Cette victoire marque la fin de la Reconquista qui aura duré plus de sept siècles.

S'écrira alors un autre chapitre de l'histoire de l'Espagne, la période de l’Inquisition, souhaitée par Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon et portée par le « grand inquisiteur », Thomas Torquemada.

À noter

Don Rodrigue, qui incarne « Le Cid », dans la pièce écrite par Corneille, renvoie à l'un des héros de la Reconquista, Rodrigo Díaz de Vivar, qui reprit par la force la ville de Valence aux Arabes et s'en fit le roi.