Que ce soit pour le salarié ou pour l’employeur, la période de préavis n’est jamais évidente à appréhender. Au moment où l'on est encore là sans plus vraiment l’être, chaque partie doit savoir adopter la bonne attitude. Voici quelques conseils pour mieux vivre cette période transitoire.
 


au sommaire


    Cela vous intéressera aussi

    D’après les derniers chiffres dévoilés par la Dares, le nombre de démissions a atteint un niveau historiquement haut, avec près de 520 000 démissions par trimestre, dont 470 000 démissions de CDI entre fin 2021 et début 2022. Si comme ces salariés vous avez décidé de démissionner, voici quelques astuces pour bien gérer votre période de préavis.

    Qu’est-ce que la période de préavis ?

    Le préavis est la période qui s’écoule entre le moment où vous avez annoncé à votre employeur par écrit votre volonté de démissionner et la date effective de la fin de votre contrat de travail. Si vous pouvez démissionner du jour au lendemain, vous ne pouvez pas, en revanche, quitter votre travail de la même façon. Selon que vous êtes technicien ou cadre, votre période de préavis est de un ou trois mois. Pour connaître la durée exacte de votre période de préavis, reportez-vous à votre convention collective ou bien à votre contrat de travail, qui notifie normalement la durée de préavis à respecter. Cela permet notamment à votre employeur de trouver une solution pour vous remplacer, en organisant par exemple une session de recrutement et des entretiens d’embauche.

    Quels sont mes droits durant ma période de préavis ?

    Durant cette période, vos droits restent inchangés, votre rémunération reste la même, tout comme vos responsabilités. Lorsqu'un congé maladie ou un congé parental survient durant votre période de préavis, celui-ci ne prolonge pas votre préavis. En revanche, si vous avez posé des congés payés avant de déposer votre démission, cela rallongera la durée du préavis d’autant de jours que de jours de congé posés. Vous pouvez par contre poser des jours de RTT s’il vous en reste pour raccourcir la période de préavis.

    À l'annonce de votre démission, n'hésitez pas à proposer à votre employeur de former votre remplaçant, et restez disponible pour vos collègues pour gérer les dossiers en cours. © Jacob Lund, Adobe Stock
    À l'annonce de votre démission, n'hésitez pas à proposer à votre employeur de former votre remplaçant, et restez disponible pour vos collègues pour gérer les dossiers en cours. © Jacob Lund, Adobe Stock

    Quelle attitude adopter lorsqu’on est en période de préavis ?

    • Prévenez le plus tôt possible votre employeur de votre volonté de démissionner. Demandez un entretien avec votre supérieur direct, puis avec votre RH ou votre patron. Que vous ayez des bonnes ou des mauvaises relations, il est important de respecter un certain ordre dans l’annonce de la démission afin que celle-ci se passe dans les meilleures dispositions, et surtout que votre employeur ne se sente pas pris au dépourvu.
    • Même si la démission est de votre propre fait et de votre propre volonté, la période de préavis qui s'ensuit n’est jamais évidente à aborder. Quels que soient les motifs de votre démission (opportunité professionnelle, reconversion professionnelle, création d’entreprise…), il est important malgré tout de rester professionnel jusqu’au terme de votre période de préavis. Durant cette période, et malgré une baisse de motivation compréhensible, veillez à continuer à exercer correctement vos tâches et à être irréprochable. Il est important en effet de partir en bons termes et de laisser une image positive de soi à son ancien employeur.
    • Vous pouvez à l’annonce de votre démission vous montrer force de proposition en demandant une réduction voire une suppression de votre période de préavis à votre patron si cela l’arrange. En cas d’accord, demandez une lettre par écrit décrivant l’accord pour éviter tout litige par la suite. Vous cessez ainsi votre préavis à la date fixée d’un commun accord. Vous pouvez également proposer à votre employeur de participer à la recherche de votre remplaçant et de mettre à profit votre période de préavis pour la formation de ce nouveau collaborateur.
    • Le jour du départ, vous pouvez organiser un pot de départ si cela se fait en interne, et envoyer un mail général ou à certaines personnes, pour les remercier et leur exprimer votre plaisir à travailler avec eux. N’hésitez pas à aller saluer vos collègues et à échanger vos coordonnées avec vos plus proches collaborateurs si cela n’est pas déjà fait. Il est important de quitter l’entreprise avec une bonne image, car on ne sait jamais de quoi le futur sera fait et vous pourrez peut-être un jour être amené à retravailler avec certains de vos ex-collègues. Demandez à vos responsables si vous pouvez les citer comme références, ce qui permet de garder contact et de partir en bons termes.