Sciences

Maximum de l'essaim météoritique des Léonides

ÉphémérideClassé sous :Univers

Maximum de l'essaim météoritique des Léonides
Abonnez-vous à la lettre d'information Les éphémérides : tout ce qui va se passer dans le ciel au cours du mois à venir : que regarder, où regarder ? Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

L'essaim d'étoiles filantes des Léonides est actif du 14 au 21 novembre. Il tire son nom de la constellation d'où proviennent les météores, à savoir la constellation du Lion (Leo).

Les plus anciennes observations de cet essaim remontent à l'an 901, mais c'est surtout à partir de novembre 1799 qu'il devint célèbre.

Découverte de l’essaim : un feu d’artifice silencieux

En effet, alors que l'Allemand Alexander von Humboldt se promenait par une belle nuit étoilée en compagnie de son ami français Aimé Bonpland, les deux hommes crurent tout à coup que le ciel leur tombait sur la tête. La voûte céleste fut zébrée de centaines de météores par minute, comme un feu d'artifice silencieux. Le même phénomène se reproduisit le 17 novembre 1833, et selon les estimations, le taux horaire fut alors de 50.000 à 200.000 météores par heure !

Un médecin allemand, Heinrich Olbers, découvreur des astéroïdes Vesta et Pallas, prédit le retour de l'essaim pour 1867. Il n'était pas loin de la vérité car en novembre 1866, une nouvelle pluie s'abattit, démontrant que la comète à l'origine de cet essaim repassait au voisinage de la Terre tous les 33 ans. C'est l'Allemand Ernst Wilhelm Leberecht Tempel qui découvrit la comète le 19 décembre 1865, puis Horace Parnell Tuttle le 6 janvier 1866. De ce fait, elle fut nommée 55P/Tempel-Tuttle.

Après la superbe pluie de 1866, les rendez-vous suivants furent décevants, car l'essaim fut perturbé par les influences gravitationnelles de Jupiter et de Saturne. Mais en 1966, de nouveau, les observateurs purent assister à une pluie dont le taux horaire était estimé à 150.000 météores par heure, soit 2.500 météores à la minute !

Le dernier passage de la comète remonte au 27 février 1998 et, malgré cela, on n'assista pas à un tel taux horaire, qui fut tout de même de 4.000 par heure. À partir de 2003, l'activité fut décroissante avec des taux compris entre 20 et 100 par heure, suivant les années. Cependant, ces dernières années, le taux horaire s'est stabilisé à 15 par heure.

Les prévisions pour cette année 2020 parlent d'une activité conforme aux années précédentes, tablant sur 15 météores par heure.

Le pic traditionnel est prévu le 17 novembre vers 10 h 55 TU. Il fera jour, il faudra donc observer avant le lever du Soleil, soit vers 5 h 30 TU. La constellation du Lion se situera au-dessus de l'horizon sud. L'absence de la Lune vous permettra de profiter d'une nuit bien noire.

Rappelons que ce ne sont que des prévisions. Il est donc conseillé de surveiller les jours précédents et suivants ces prévisions. Qui sait, 2020 nous réserve peut-être des surprises...

Visibilité

À l’œil nu