Pendant le mois de novembre, la TerreTerre traverse des vestiges de la comète Enckecomète Encke, dont les débris diffusdiffus se transforment en étoiles filantes lors de leur entrée dans l'atmosphèreatmosphère. Ce sont les Taurides ! Le pic d'activité aura cours entre le 4 et le 12 novembre avant que le nombre de météores ne diminue jusqu'à début décembre.

La position du radiant des Taurides nord (<em>Nothern Taurids</em>) et sud (S<em>outhern Taurids</em>) au sein de la constellation du Taureau. © Nasa, JPL-Caltech
La position du radiant des Taurides nord (Nothern Taurids) et sud (Southern Taurids) au sein de la constellation du Taureau. © Nasa, JPL-Caltech

Pour ne pas les manquer, il faudra un ciel bien dégagé, sans pollution lumineusepollution lumineuse et tourner votre regardregard vers le Taureau (qui a donné son nom à l'essaim météoritiqueessaim météoritique) qui, en cette saisonsaison, se lève entre le nord et le nord-est à la tombée de la nuit. C'est quand la constellation est au plus haut dans le ciel, entre 23 h 00 et 3 h 00 du matin, que l'on peut espérer en observer le maximum.

Bien que les TauridesTaurides ne soient pas aussi spectaculaires que les pluies d’étoiles filantes des Perséides (en août) et des Géminides (en décembre), vous pourrez tout de même en surprendre une dizaine par heure dans des conditions optimales. Peu lumineuses, elles sont plutôt lentes ce qui les rend facile à distinguer. Cette année, il faudra cependant composer avec la LuneLune, laquelle sera pleine le 12 novembre.

Signalons au passage d'autres rencontres astronomiques à faire en ce moment, notamment : l'étincelante VénusVénus suivie de SaturneSaturne et JupiterJupiter au crépusculecrépuscule.