L'atterrisseur InSightInSight a soulevé la structure de support qui obstruait à sa vue le capteurcapteur de flux thermique HP3, surnommé « la taupe », coincé à environ 30 centimètres de profondeur dans le sol martien depuis le 28 février dernier après avoir rencontré un obstacle jusque-là indéterminé. Première étape du plan de sauvetage imaginé par les équipes de la mission pour tenter de résoudre le problème, la manœuvre a été réalisée avec succès par InSight le 28 juin à l'aide de son bras robotiquerobotique, exposant ainsi la sonde en partie enfoncée dans le sol aux caméras de l'atterrisseur, et donc aux ingénieurs sur TerreTerre.

Le 28 juin 2019, InSight s’est servi de son bras robotique pour retirer la structure de support de la sonde de l’instrument HP3 bloquée dans son forage depuis le 28 février 2018 à seulement 30 centimètres de profondeur, sur les 5 mètres qu’elle est censée atteindre. © Nasa/JPL-Caltech

D'après un communiqué de la NasaNasa, la taupe aurait commencé à creuser dans un type de sol inattendu et différent de celui que l'on trouve sur Terre, qui n'offrirait pas suffisamment de frictionfriction pour compenser le recul de la sonde pendant le forage. Elle serait donc en train de faire du sur-place. Les équipes en charge de HP3 envisagent de presser sur le régolitherégolithe (mélange de sablesable et poussière) martien qui s'est amassé en surface autour du trou creusé par la sonde afin qu'il tombe à l'intérieur et augmente la friction. L'hypothèse qu'un rocher bloque l'avancement de la sonde ne peut cependant pas encore être totalement écartée. Cette dernière n'ayant pas été conçue pour être retirée du sol une fois qu'elle s'y est enfoncée, les équipes ne peuvent pas procéder à un deuxième forage à un autre endroit.