La voile solaire LightSail-2 photographie la Terre avant un coucher de Soleil

Classé sous :Espace , image du jour , voile solaire

[Image du jour] La voile solaire LightSail-2 développée par The Planetary Society a envoyé ses premières images prises dans l'espace, depuis son déploiement le 2 juillet dernier par le satellite Prox-1 qui le transportait. Ce dernier avait été placé en orbite le 25 juin 2019 par le lanceur lourd Falcon Heavy de SpaceX, qui effectuait alors la troisième mission de son histoire.

Image de la Terre peu avant que le Soleil ne se couche à l'horizon (hors de l'image en bas à droite), prise par la voile solaire LightSail-2 le 6 juillet 2019. Sur cette image non retouchée, les artefacts proviennent de la diffusion de la lumière à l'intérieur de l'objectif de la caméra. Il s'agit par ailleurs d'un objectif fisheye avec un vaste champ de vision (180°), mais responsable des arcs brillants aux coins de l'image et source de distorsion. Selon The Planetary Society, les objets visibles au premier feraient partie du spectraline, dispositif qui maintenait les panneaux solaires fermés avant déploiement. © The Planetary Society

Les images ont été prises le 6 juillet par les deux caméras installées aux extrémités des panneaux solaires du satellite LightSail-2, concrètement un assemblage de trois CubeSat, juste après le déploiement de ses panneaux solaires, mais avant le déploiement de la voile elle-même, qui devrait se produire sous peu. Elles montrent notre bonne vieille Planète bleue quelques instants avant « un coucher de Soleil », c'est-à-dire que le Soleil vu depuis l'orbite de LightSail-2 ne disparaisse derrière la Terre. LightSail-2 doit démontrer la faisabilité d'une propulsion des satellites par la pression des photons émis par le Soleil.

Image de la Terre et du Soleil (en bas à droite) peu avant que celui-ci ne disparaisse à l'horizon, prise par la voile solaire LightSail-2 le 6 juillet 2019. Sur cette image non retouchée, les artefacts proviennent de la diffusion de la lumière à l'intérieur de l'objectif de la caméra. Il s'agit par ailleurs d'un objectif fisheye avec un vaste champ de vision (180°), mais responsable des arcs brillants aux coins de l'image et source de distorsion. © The Planetary Society