L'interleukine est connue pour son utilisation dans le traitement de certains cancers, mais également pour ses effets secondaires importants à fortes doses. Des chercheurs ont montré que l'interleukine 2 pouvait être efficace, et à faibles doses, pour soigner plusieurs maladies auto-immunes. Un espoir pour les personnes souffrant de diabète de type 1, de sclérose en plaques ou encore de polyarthrite rhumatoïde.
Cela vous intéressera aussi

Deux équipes françaises viennent de publier dans le New England Journal of Medicine (NEJM), des travaux qui ouvrent des perspectives résolument nouvelles dans le traitement de certaines maladies auto-immunesmaladies auto-immunes. De faibles doses d'interleukineinterleukine 2, administrées à des patients souffrant d'une complication auto-immune de l'hépatite Chépatite C, ont en effet permis d'améliorer leur état général. Ces premiers résultats suscitent l'espoir d'étendre ces bénéfices à d'autres affections auto-immunes : le diabète de type 1 et la sclérose en plaques mais également par exemple, la polyarthrite rhumatoïde...

En France, entre 2 et 3 millions de malades souffrent d'une affection dite auto-immune. Dans ce cas, le système de défense, engagé dans la lutte contre les attaques extérieures (microbesmicrobes...), s'emballe et attaque les propres cellules du malade.

L'interleukine 2 a été efficace pour des personnes souffrant de vascularite, une complication auto-immune de l'hépatite C. © James Heilman MD, Wikipedia CC by sa 3.0

L'interleukine 2 a été efficace pour des personnes souffrant de vascularite, une complication auto-immune de l'hépatite C. © James Heilman MD, Wikipedia CC by sa 3.0

Interleukine 2 : vers un traitement des maladies auto-immunes ?

Ce travail est le fruit d'une collaboration entre des équipes de l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), de l'Université Pierre et Marie CurieMarie Curie, du CNRS et de l'Inserm. Les auteurs ont traité des patients présentant une vascularite, c'est-à-dire une complication vasculaire induite par une hépatite C. L'interleukine 2, administrée à faibles doses a permis de stimuler les lymphocyteslymphocytes T régulateursrégulateurs. Or la majorité des maladies auto-immunes se caractérisent précisément par une insuffisance en lymphocytes T régulateurs.

L'interleukine 2 est connue depuis plus de vingt ans. Elle est en effet indiquée dans la prise en charge de certains cancers du rein ou mélanomesmélanomes. Cependant, son efficacité est modeste et, à fortes doses, elle entraîne des effets indésirables importants.

L'étude publiée dans le NEJM a été menée sur seulement 10 patients. Elle démontre néanmoins pour la première fois que l'interleukine 2 peut être efficace dans la prise en charge d'une maladie auto-immune. Des essais de traitement du diabètediabète de type 1 sont déjà en cours à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.