Des chercheurs du CNRS ont voulu savoir ce que devenaient les nanoparticules magnétiques dans les cellules. Ces nanoparticules, utilisées pour l’imagerie cellulaire, sont d’abord dégradées, mais les chercheurs ont observé ensuite un phénomène de « re-magnétisation cellulaire ».

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Réduire la douleur grâce à un champ magnétique ? Dans cette vidéo de l'Inserm, de la série « Boîte noire », la douleur est présentée comme un processus nerveux contrôlé par le cerveau. Le film montre une méthode expérimentale visant à réduire la douleur de patients grâce à un champ magnétique ciblé appliqué à des zones précises du cerveau.

Cette recherche parue dans la revue PNAS a été effectuée par des chercheurs du CNRS, de Sorbonne Université, et des universités Paris Diderot et Paris 13. Elle s'est intéressée au devenir des nanoparticulesnanoparticules magnétiques utilisées en nanomédecine, pour l'imagerie ou le traitement de cancerscancers.

Voir aussi

Des nanoparticules magnétiques : le traitement anti-cancer du futur ?

Pour ces travaux, les chercheurs ont incorporé des nanoparticules magnétiques à des cellules souchescellules souches humaines et les ont laissées se différencier in vitro pendant un mois. Les chercheurs ont observé tout d'abord que l'aimantationaimantation des cellules diminuait, ce qui montre que les nanoparticules étaient détruites.

Un magnétisme naturel des cellules humaines ?

La destruction des nanoparticules entraînait la libération de ferfer dans le milieu. Le fer ainsi libéré pouvait alors servir à la synthèse de nouvelles nanoparticules magnétiques. Ce processus impliquait la ferritine, une protéineprotéine de stockage du fer, et avait lieu dans des endosomesendosomes, des vésicules intracellulaires.

Chez des bactériesbactéries, un phénomène de synthèse de nanoparticules magnétiques avait déjà été décrit, mais jamais chez l'homme. D'après le communiqué du CNRS, « Cela pourrait pourtant expliquer la présence de cristaux magnétiques chez l'homme, observés dans les cellules de divers organes, en particulier le cerveaucerveau. De plus, ce stockage du fer sous forme magnétique pourrait également être une façon pour la cellule de se « détoxifier » sur le long terme en cas d'excès de fer. »