Santé

Cancer du poumon : les femmes rattrapent les hommes

ActualitéClassé sous :médecine , Journée Mondiale sans Tabac , cancer du poumon

Alors que le cancer du poumon recule chez les hommes depuis 1993, il augmente à grande vitesse chez les femmes. A quelques jours de la Journée mondiale sans tabac, l'INVS publie des chiffres révélateurs.

Quand elles fument, les femmes, souvent, fument beaucoup. Et chez elles, les tumeurs semblent se développer plus rapidement... © Sebastian Corneanu/Fotolia

L'évolution de la mortalité par cancer du poumon chez les Françaises est très préoccupante : au cours des quinze dernières années, elle a quadruplé chez les 35-44 ans. Selon les dernières estimations, 7.700 décès devraient être observés en 2010 dans cette tranche d'âge. Chez les hommes en revanche, elle a été divisée par deux en 10 ans, même si, avec 21.000 morts prévus cette année, elle reste très élevée.

« Le thème de la Journée mondiale sans tabac [lundi 31 mai] est le tabagisme des femmes, explique Françoise Weber, directrice générale de l'Institut national de veille sanitaire (INVS). En France comme dans beaucoup de pays, [cette question] est aujourd'hui considérée comme une priorité majeure de santé publique. »

L'explication de ce phénomène, qui vaut aux hommes et aux femmes de connaître des destins croisés, est bien connue. Les femmes sont entrées plus tardivement dans le tabagisme, au cours des années 1960-1970 et contrairement à la gent masculine, elles ne semblent pas diminuer leur consommation...

Le constat est d'autant plus inquiétant que de nombreuses études ont montré que les femmes sont bien plus sensibles aux carcinogènes du tabac. A tel point qu'à tabagisme égal, elles développeraient un cancer du poumon beaucoup plus précocement...

Les prévisions des spécialistes sont particulièrement sombres. Dans la dernière livraison du Bulletin épidémiologie hebdomadaire (BEH), intégralement consacrée au sujet, les auteurs d'une étude sur la mortalité par cancers du poumon en France depuis les années 1950, expliquent en effet que « l'épidémie va continuer chez les femmes au fur et à mesure que vieilliront les générations qui ont beaucoup fumé »...

Cela vous intéressera aussi