Planète

Le vol du bourdon aux rayons X

VidéoClassé sous :zoologie , bourdon , vol des insectes

-

Pour étudier les muscles du vol chez les insectes, un bourdon a été filmé avec une caméra rapide. Pendant ce temps, des rayons X dévoilaient les mouvements moléculaires ayant cours dans les cellules musculaires. © Hiroyuki Iwamoto, Naoto Yagi, 2013, Science

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Les muscles des vertébrés ont un mode de fonctionnement complexe qui limite le nombre de fois qu'ils peuvent se contracter par seconde. Heureusement pour eux, les insectes volants ne souffrent pas de cette contrainte dans les muscles qui mettent leurs ailes en mouvement. Les mécanismes en jeu ne sont que partiellement connus, mais ils se dévoilent chaque année un peu plus.

La dernière avancée vient de nous être offerte par Hiroyuki Iwamoto et Naoto Yagi du Japan Synchrotron Radiation Research Institute (Jasri ; Hyogo). Comme nous, les insectes exploitent les propriétés de la myosine et de l'actine « conventionnelles » pour battre des ailes grâce à la stretch activation, un mode de contraction qui permet une mise en oscillation des mouvements musculaires à partir d'un seul influx nerveux. Ainsi, ils n'ont pas de protéines spécialisées.

Pour obtenir cette information, des bourdons réalisant des mouvements de vol, mais dont le corps était collé sur un substrat, ont été filmés avec une caméra prenant 5.000 images par seconde. Pendant ce temps, un faisceau de rayons X a été projeté sur les muscles à étudier. Les clichés de diffraction ont permis une étude précise des mouvements moléculaires à l'œuvre. Dans cette vidéo, un mouvement de vol caractérisé par 40 images a été répété trois fois.