Nos bras prouveraient que l'humain évolue toujours

Classé sous :Évolution , Corps humain , artère

L'évolution se cache dans les détails. Depuis la fin du XIXe siècle, il semblerait que l'humanité se dote petit à petit d'une troisième artère dans l'avant-bras. L'artère médiane est le vaisseau sanguin alimentant principalement la main, lorsqu'elle se forme chez le fœtus. Par la suite, elle disparaît au profit des artères radiale et ulnaire. Enfin, dans la plupart des cas !

Chez certaines personnes, l'artère médiane persiste à l'âge adulte, en plus des deux autres artères. D'après une étude publiée dans le Journal of Anatomy, ces personnes sont de plus en plus nombreuses. Si cette tendance se poursuit, toute l'humanité arborera une artère médiane en 2100. « Depuis le XVIIIe siècle, les anatomistes étudient la prévalence de cette artère chez l'adulte », relate Teghan Lucas, coauteur de l'étude.

Cette prévalence était de 10 % chez les personnes nées aux alentours des années 1880. Mais de 30 % chez celles nées à la fin du XXe siècle ! Une augmentation destinée à s'accroître. Selon Maciej Henneberg, également coauteur, l'artère médiane offre certains avantages. Elle améliore notamment l'apport sanguin global. La hausse de sa prévalence « pourrait résulter de la mutation de gènes impliqués dans le développement médian des artères, de problèmes de santé chez les mères durant la grossesse, ou des deux », suppose Teghan Lucas.

Entre l'artère radiale et l'artère ulnaire, une troisième artère devient de plus en plus fréquente chez l'humain : l'artère médiane. © Henry Vandyke Carter et Henry Gray, Wikimedia Commons
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Pourrait-on prévoir l’évolution d’un organisme vivant ?  Si dans certaines conditions et pour certains organismes de courte génération comme les bactéries, il est possible de prévoir l’apparition d’un phénomène, ce n’est pas possible chez des organismes comme les mammifères. Notamment parce que les variations apparaissent au hasard.