Maison

L'hôtel du futur flottera-t-il dans les airs ?

VidéoClassé sous :Maison , Aircruise , hotel volant

-

L'Aircruise, un hôtel volant de luxe, a été imaginé en 2010 par un cabinet de design britannique. Capable de faire voyager une centaine de personnes (suffisamment fortunées), il pourrait offrir des croisières aériennes inédites. Reste à construire cet engin qui serait le plus grand aéronef du monde.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Ce gracieux engin peut faire rêver. Et pourquoi ne pourrait-on pas imaginer des croisières aériennes ? Les avions sont inconfortables et trop rapides. Les montgolfières trop lentes et capricieuses. Outre le transport du fret, les dirigeables pourraient servir à ce genre de promenade, estiment ceux qui espèrent le retour de ces géants presque disparus.

Le projet du cabinet britannique Seymourpowell reste une très belle proposition. Ce palace volant pourrait embarquer une centaine de passagers, installés dans des chambres luxueuses, avec vue imprenable, et ponts de promenade. L'Aircruise ne servirait pas à aller d'un point à un autre mais à se promener quelques heures, quelques jours ou quelques semaines à 140 km/h en admirant la terre et le ciel...

Un géant des airs

Les designeurs à l'origine de ce concept n'y sont pas allés de main morte avec les caractéristiques techniques, qui sont autant de défis à relever. D'après les rares informations qu'ils avaient données à l'époque de la diffusion de ces images, l'engin serait haut de plus de 260 mètres, emporterait 396 tonnes et contiendrait 330.000 mètres cubes de gaz. Rappelons que le Zeppelin LZ129 Hindenburg, inauguré en 1936 et spectaculairement crashé en 1937, n'en embarquait que 200.000 mètres cubes. Ces dimensions en feraient le plus gros aéronef jamais construit.

Dans l'enveloppe, pas d'hélium mais de l'hydrogène. Plus léger, donc plus efficace, ce gaz servirait aussi à produire de l'électricité grâce à une pile à combustible alimentant les moteurs (électriques bien sûr, sans qu'il soit mentionné d'autres précisions). Le choix est osé car l'hydrogène, très inflammable, avait causé la destruction par incendie du Hindenburg et a été abandonné depuis pour ces appareils. Selon les auteurs, l'Aicruise pourrait grimper à 12.000 pieds, soit 4.000 mètres environ. À cette altitude, mieux vaut prévoir une pressurisation pour les volumes habitables, ce qui serait sans doute difficile sur un engin de cette forme et de cette taille

Mais on a le droit de rêver... D'ailleurs, l'idée avait séduit Samsung C&T, une entreprise coréenne qui fut le principal intervenant dans la construction de la Burj Dubai (ou Burj Khalifa), la plus haute du tour du monde. © Seymourpowell, Samsung C&T