L’une des épreuves du Cybathlon réservée aux athlètes amputés d'avant-bras consiste à manipuler des objets et accessoires de différentes formes de façon précise. © Alessandro Della Bella, ETH Zurich

Tech

Cybathlon : les cyborgs ont leur compétition sportive

ActualitéClassé sous :robotique , jeux paralympiques , cyborg

Par Sylvain Biget, Futura

-

Le Cybathlon, la première compétition d'athlètes équipés d'appareillages bioniques, se tient ce samedi 8 octobre à Zurich, en Suisse. Les technologies les plus évoluées de prothèses robotisées de jambes et de bras, les fauteuils roulants, les exosquelettes, les vélos et les interfaces cerveau-machine vont s'affronter autant que les athlètes.

Le Cybathlon, la première compétition d’athlètes bioniques  Le Cybathlon, cette toute première compétition pour humains augmentés, permet de confronter à la fois les athlètes et les différentes avancées technologiques en matière d’appareillage d’assistance. 

Lors des Jeux paralympiques d'été qui se sont achevés en septembre, les athlètes rivalisaient sur un pied d'égalité avec leurs prothèses de haute technicité et autres accessoires. À l'avenir, ils pourraient aller bien au-delà de ce que des athlètes valides peuvent réaliser grâce à des prothèses bioniques. Ces sportifs, « augmentés » par un système d'assistance robotisée malgré leurs handicaps, s'affrontent ce samedi 8 octobre 2016, à Zurich (Suisse), lors de la toute première compétition de Jeux bioniques.

Baptisé Cybathlon, cet évènement est soutenu par six organisations spécialisées dans le suivi et le soutien aux personnes handicapées et par le National Centre of Competence in Research Robotics (NCCR Robotics). En plus de permettre à ces « cyborgs » de concourir lors d'épreuves sportives, la compétition a également pour objectif de sensibiliser le public sur l'évolution des travaux en matière de prothèses artificielles et de renforcer les échanges des équipes de recherche qui travaillent sur le sujet.

L’épreuve du Cybathlon réservée aux personnes tétraplégiques fait concourir les athlètes en les plongeant dans l'univers du jeu vidéo. Ils pilotent leur avatar par la pensée grâce à une interface cerveau-machine. © Alessandro Della Bella, ETH Zurich

Six épreuves, chacune liée à un type de handicap

Six épreuves sont organisées et chacune d'elles est liée à un type de handicap :

  • épreuve pour les avant-bras bioniques : pour les athlètes amputés d'avant-bras, il faudra, avec leur membre bionique, déplacer le plus rapidement possible un anneau le long d'un câble suivant un parcours, sans jamais toucher ce câble. Une seconde épreuve consistera à manipuler des objets et accessoires de différentes formes de façon précise ;
  • épreuve pour les tétraplégiques : baptisée BCI (brain computer interface), cette compétition permet à des athlètes tétraplégiques de piloter, par la pensée, leur avatar lors de courses virtuelles sous la forme de jeux vidéo ;
  • course cycliste : pour les participants souffrant de lésions de la moelle épinière (paraplégiques), cette course cycliste sur une piste dont le tour mesure 200 mètres se déroule à bord d'un vélo couché doté d'une assistance à stimulation électrique ;
  • l'épreuve d'athlétisme : pour les amputés des jambes appareillés avec des prothèses robotisées, il s'agit d'une course à pied sur un parcours semé d'obstacles ;
  • la course d'exosquelettes : les athlètes paralysés des membres inférieurs seront équipés d'un exosquelette leur permettant de s'affronter sur une course de vitesse parsemée d'obstacles.
  • l'épreuve pour fauteuils roulants motorisés : les amputés des deux jambes, les tétraplégiques ou paraplégiques concourront sur des fauteuils roulants animés par des moteurs électriques sur un parcours doté d'obstacles et de dénivelés.

Des technologies d’assistance robotisée pour le quotidien

En termes de récompenses, pour chaque épreuve du Cybathlon, une médaille sera attribuée au vainqueur, mais aussi au laboratoire qui a réalisé le meilleur système d'assistance. Il faut savoir que, contrairement aux épreuves handisport classiques, l'équité technologique n'est pas de mise dans ces épreuves.

Le règlement du Cybathlon autorise, voire encourage, les fournisseurs d'appareils à assistance robotisée à équiper les athlètes des technologies les plus avancées. Car, rappelons-le, l'idée de cette compétition est avant tout de faire avancer les recherches en la matière. Il faut simplement que les prothèses n'aient pas été développées uniquement dans l'objectif de remporter une épreuve précise, mais qu'elles puissent être employées au quotidien.