Sciences

Sur Titan, Cassini observe les dunes de Shangri-La

VidéoClassé sous :Cassini , Astronautique , titan

Entre le premier juillet 2004 et le 15 septembre 2017, la sonde Cassini a tourné autour de Saturne et de ses anneaux, bien sûr, mais aussi de ses satellites. De Titan, la plus grosse des lunes de cette planète, elle se sera approchée 127 fois, pour profiter de son assistance gravitationnelle. Au premier passage, elle a largué le module Huygens et aux suivants, elle en a scruté la surface au radar. Le 24 septembre 2016, pour le 122e survol de Titan, elle y découvrait de curieuses dunes sombres qui serpentent entre les reliefs montagneux de la région de Shangri-La.

La sonde Cassini, qui explore Saturne et ses mondes depuis juin 2004, nous a offert nombre de découvertes quant à Titan (5.151 km de diamètre), la plus grande lune de la planète géante. Grâce à ses instruments, les scientifiques ont en effet pu apercevoir les paysages qui se cachent sous les brumes de son épaisse atmosphère. Au fil des survols, pièce par pièce, ils s'emploient ainsi à reconstituer le puzzle de l'histoire de ce satellite fascinant.

Lors du 122e survol, à quelque 976 kilomètres d'altitude, le 25 juillet 2016, le radar du vaisseau américano-européen a dévoilé un immense champ de dunes dans la région de Shangri-La. Composées de grains d'hydrocarbures tombés de l'atmosphère, elles sont vraisemblablement façonnées par les alizés venus de l'ouest. Vues du ciel, elles dessinent des centaines de lignes sombres qui ondulent, forcées de contourner les nombreux obstacles qui se dressent dans cette région équatoriale. Elles témoignent de l'activité éolienne, passée et présente, et aussi des rares reliefs montagneux du deuxième plus grand satellite du Système solaire.

Cassini, qui achèvera sa mission en 2017, a encore quatre survols de Titan sur son agenda. La sonde se concentrera sur les lacs et mers d’hydrocarbures situés sur le cercle polaire nord. Cela promet de nouvelles images étonnantes de ce monde distant de près un milliard et demi de kilomètres de la Terre.

© Nasa, JPL-Caltech, ASI, université Paris-Diderot