L’hématidrose intrigue les médecins depuis des siècles. Elle a été proposée comme argument pour justifier l’impression du visage du Christ sur le « voile de Véronique ». © nito, Fotolia

Santé

Hématidrose : quelle est cette étrange maladie où l'on transpire du sang ?

Question/RéponseClassé sous :maladie , hématidrose , Christ

Un cas impressionnant d'hématidrose a été décrit par des médecins chez une jeune femme italienne en octobre 2017. Dans cette maladie rare, les patients transpirent du sang alors que leur peau paraît normale.

Le cas de cette patiente de 21 ans a fait l'objet d'une publication scientifique publiée en octobre 2017 : depuis trois ans, elle connaissait des épisodes qui duraient plusieurs minutes au cours desquels elle suait du sang spontanément par le visage et les mains ; sa peau semblait normale, sans lésions apparentes. Ce sang pouvait apparaître dans son sommeil, lors d'une activité physique, ou en lien avec un stress émotionnel. La patiente s'est isolée socialement par peur de saigner en public, mais ne semblait pas souffrir de trouble mental. Des bêta-bloquants ont aidé à freiner ses saignements, sans toutefois résoudre totalement le problème.

Une pathologie souvent féminine et liée à un stress psychologique

Les médecins italiens ont diagnostiqué chez elle une hématidrose, un phénomène décrit depuis des siècles. D'après une revue de littérature sur le sujet, les cas enregistrés concerneraient surtout des femmes. Dans l'Histoire, des auteurs se sont intéressés à cette maladie dans un cadre religieux ; en effet, comment expliquer le phénomène du « voile de Véronique », ce linge dans lequel le Christ se serait essuyé le visage en y laissant son empreinte ?

28 cas ont été décrits entre 2004 et 2017, sur tous les continents, mais pas en Amérique du Nord. 24 étaient des femmes (âge moyen : 14 ans) et 4 des hommes (âge moyen : 26 ans et demi). La moitié des patients avait souffert d'un problème psychologique, comme une dépression, de l'anxiété ou un choc post-traumatique. Les bêta-bloquants étaient efficaces sur six patients.