Santé

Conclusion

Dossier - La tolérance immunologique médiée par la molécule HLA-G
DossierClassé sous :médecine , immunologie , molécules

-

Les mécanismes de l'immunité cellulaire sont basés sur les reconnaissances des molécules du soi et du non-soi. Le soi d'un individu est défini par l'ensemble des molécules résultant de l'expression normale de son génome. Celles qui intègrent l'organisme depuis l'extérieur ou proviennent d'une modification des molécules du soi sont cataloguées de non-soi.

  
DossiersLa tolérance immunologique médiée par la molécule HLA-G
 

Lors de transplantation d'organes, il a été observé que l'expression de HLA-G dans des greffes cardiaques corrèle avec une réduction significative du nombre de rejets aigüs, et une absence de rejets chroniques. De même, chez des doubles transplantés rein-foie, une expression dans ces tissus serait un signe favorable pour le pronostic. Enfin, cette tolérance peut avoir un effet non bénéfique, comme dans le cadre des tumeurs où l'expression de HLA-G a été décrite dans de nombreux cas (mélanomes, lymphomes cutanés, cancer du sein, du rein, du colon, glioblastomes...). Cette molécule a exactement les mêmes effets d'inhibition de lyse cellulaire permettant alors l'échappement des tumeurs à l'immuno-surveillance de l'hôte.

Cette induction du gène HLA-G engendre donc dans le premier cas un effet bénéfique pour le malade par la diminution significative de rejet de greffe, dans le second cas hélas la dissémination tumorale.

Notre Service de Recherche en Hémato-Immunologie (SRHI) du Commissariat à l'Energie Atomique (C.E.A.) basé au sein de l'Institut d'Hématologie de l'hôpital Saint Louis à Paris est pionnier dans ce domaine de recherche et consacre l'ensemble de ces études à approfondir la compréhension de la régulation et de la fonction du gène HLA-G. Une connaissance approfondie de ce gène devrait permettre l'utilisation des propriétés immunomodulatrices de la protéine HLA-G soit en l'induisant, afin de diminuer des échecs de grossesse ou des rejets de greffes d'organes, soit au contraire en la bloquant, afin de permettre l'action du système immunitaire visant à détruire des cellules tumorales ou infectées par des virus.

Afin de mettre en commun les connaissances scientifiques, notre service organise depuis 1998, tous les trois ans, une conférence internationale consacré à la molécule HLA-G où près de 300 chercheurs de plus de 10 pays se rencontrent. La troisième conférence est prévue les 7, 8 et 9 juillet 2003.