Le plaisir de bâiller en sept questions

DossierClassé sous :médecine , Incontournables , bâillement

Le bâillement n'est pas une simple ouverture de la bouche, mais un mouvement d'étirement musculaire généralisé des muscles respiratoires (diaphragme, intercostaux, scalènes), des muscles de la face et du cou. Pourquoi bâille-t-on ? Est-ce un plaisir, un réflexe ? Les réponses dans ce dossier.

  
DossiersLe plaisir de bâiller en sept questions
 

Le bâillement se déroule en trois phases, suivies d'une sensation de bien-être et de détente : une longue inspiration, une acmé, une expiration rapide, parfois accompagnée d'une stimulation des glandes lacrymales et associée ou non à des étirements. Sa fonction n'est qu'incomplètement élucidée.

Sans améliorer l'oxygénation cérébrale, comme cela fut répété pendant des siècles, le bâillement apparaît comme une stimulation de notre vigilance ; il joue un rôle dans la communication non verbale, en particulier chez les primates, chez qui il est testostérone-dépendant.

Le fait de bâiller peut procurer du plaisir. Ici, autoportrait par Joseph Ducreux (1783). © DP

Le déroulement du bâillement fait intervenir de nombreux neurotransmetteurs ; la dopamine joue un rôle central, en activant la production d'oxytocine par le noyau paraventriculaire de l'hypothalamus.

Grâce à une échographie 3D à laquelle on a ajouté une dimension temporelle, des scientifiques ont distingué des bâillements chez des fœtus. En déterminant la fréquence en fonction de l’âge, ils espèrent détecter des défauts de développement. © Avec la courtoisie de Wolfgang Moroder

L'oxytocine active la sécrétion cholinergique de l'hippocampe et l'acétylcholine déclenche le bâillement par effet sur les récepteurs muscariniques des muscles du larynx, du visage et de la mâchoire impliqués dans son déroulement.

Vous saurez tout du bâillement après avoir lu ce dossier et pourrez enfin répondre à cette fameuse question : pourquoi le bâillement est-il contagieux ?

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.