Le dosage de la FSH permet de détecter la ménopause car ses niveaux restent élevés au lieu de fluctuer comme lors du cycle menstruel. © jarun011, Fotolia

Santé

FSH

DéfinitionClassé sous :médecine , FSH , LH
 

L'hormone FSH (Follicle Stimulating Hormone), ou hormone folliculo-stimulante, aussi appelée « folliculo-stimuline », est une hormone gonadotrope sécrétée par l'hypophyse ; cette gonadostimuline agit sur le fonctionnement des gonades : les testicules chez l'homme, les ovaires chez la femme.

La sécrétion de FSH est pulsatile, mais, chez la femme, la fréquence et l'amplitude des pulses varient au cours du cycle menstruel. La FSH est sécrétée par les cellules à FSH, qui sont sous le contrôle de la GnRH (gonadolibérine), une neurohormone produite par des neurones de l'hypothalamus. Les pulses de GnRH conduisent à la libération pulsatile de LH et de FSH.

FSH : rôle de cette hormone chez l'homme

Chez l'homme, la FSH active indirectement la spermatogenèse en stimulant les cellules de Sertoli, des cellules nourricières de la lignée germinale. Plus précisément, la FSH stimule la production d'ABP (Androgen Binding Protein) par les cellules de Sertoli ; cette protéine de liaison est libérée dans la lumière des tubes séminifères et possède une grande affinité pour la testostérone. Elle permet donc d'augmenter la concentration de testostérone dans le testicule et d'agir sur les cellules de la lignée germinale.

Une rétroaction négative de la testostérone inhibe la sécrétion de GnRH, et donc de FSH.

Une production cyclique de FSH chez la femme

Chez la femme, la FSH est produite de manière cyclique. Pendant la phase folliculaire, la sécrétion de FSH augmente jusqu'à un pic au moment de l'ovulation. La FSH stimule la production des œstrogènes et la maturation des follicules ovariens jusqu'à l'ovulation. L'ovulation est provoquée par le pic de LH.

La FSH est soumise chez la femme à un rétrocontrôle négatif dû notamment à l'action des œstrogènes ; cependant, à l'approche de l'ovulation, le fort taux d'œstrogènes conduit, en dépassant un certain seuil, à une rétroaction positive sur l'axe hypothalamo-hypophysaire : les œstrogènes accroissent les productions de GnRH, FSH et surtout LH. En fin de cycle, en l'absence de fécondation, les taux d'œstrogènes et de progestérone chutent, provoquant une augmentation de la FSH qui permettra d'enclencher le cycle suivant.

Pendant la ménopause, les taux de FSH sont élevés.

Un biobot nageur inspiré du spermatozoïde  Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à créer une machine biohybride microscopique qui nage de manière autonome. Elle est propulsée par des cellules cardiaques de rat. © Brian Williams et al., Nature Communications, 2014