© Xavier Arnau, Istock.com

Planète

Chaleur : en ville, les températures pourraient grimper de 8 °C d'ici 2100

ActualitéClassé sous :climatologie , Réchauffement climatique , pollution urbaine

Les prévisions d'augmentation des températures négligent trop le phénomène d'îlots de chaleur urbains, expliquent des scientifiques. Selon eux, les villes, où vit désormais plus de la moitié de l'humanité, subiront à l'horizon 2100 des hausses de plusieurs degrés, jusqu'à 8, risquant d'aggraver les problèmes de pollution et de santé publique. Tout ce qui peut réduire la température des cités est donc bon à prendre.

Sous l'effet du réchauffement global et du phénomène dit des îlots de chaleur urbains, les grandes villes pourraient gagner 7 °C supplémentaires, voire 8 °C, d'ici 2100, selon une étude parue dans Nature Climate Change. Ces projections se basent sur le scénario d'une croissance continue des émissions de gaz à effet de serre tout au long du siècle. Quelque 5 °C seraient à attribuer au réchauffement mondial, le reste venant de ces îlots de chaleur urbains générés par la disparition de la verdure au profit du béton et de l'asphalte, souligne l'étude.

Ce sont ces îlots qui rendent les villes plus chaudes que leurs abords et y accentuent encore canicules et vagues de chaleur, avec à la clé davantage d'énergie dépensée pour refroidir les bâtiments, davantage de risques sanitaires, d'inconfort, un air plus pollué, une moindre qualité de l'eau et moins de productivité au travail. Les 5 % de villes les plus peuplées « pourraient voir des hausses de températures de 8 °C et plus », a indiqué à l'AFP Francisco Estrada, de l'Institut d'études environnementales (Pays-Bas), coauteur de ces recherches.

La végétalisation des quartiers, voire des bâtiments eux-mêmes, apparaît désormais comme une nécessité pour les cités du futur. L’idée peut aller jusqu’aux fermes citadines, voire verticales, comme dans ce projet Hyperions, imaginé par l’architecte belge Vincent Callebaut pour une ville proche de New Delhi (Inde). Ces tours, construites avec du bois, assurent une production de fruits et de légumes. © Vincent Callebaut Architectures

Il faut rafraîchir les villes

La ville médiane, au milieu de cet échantillon de 1.692 cités étudiées, perdrait l'équivalent de 1,4 à 1,7 % de PIB par an d'ici 2050, et entre 2,3 et 5,6 % d'ici 2100, selon eux. « Pour la ville la plus affectée, les pertes pourraient atteindre 10,9 % du PIB d'ici 2100 », estime l'équipe. Dès lors, toute mesure permettant d'agir contre ces îlots de chaleur compte, qu'il s'agisse de planter des arbres ou de végétaliser toits et trottoirs, ajoute-t-elle.

Les villes représentent 1 % de la surface de la planète, mais consomment environ 78 % de l'énergie mondiale et produisent plus de 60 % des émissions de gaz à effet de serre issues des énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole), notent les chercheurs. Les pays du monde se sont fixés comme objectif fin 2015 à Paris de limiter à 2 °C le réchauffement mondial par rapport au niveau de la Révolution industrielle, en réduisant les concentrations de GES dans l'atmosphère.

Cela vous intéressera aussi

Le bulletin météo de 2050 prévoit de fortes chaleurs  À quoi pourrait ressembler le bulletin météo en 2050 ? En partenariat avec l’Organisation Météorologique Mondiale, une simulation avait été réalisée à l'occasion de la COP 20, en 2014, et diffusée par Météo France. Les études menées depuis n'ont guère changé les prédictions.