Mots-clés |
  • paléontologie

Les scorpions de mer géants étaient peut-être végétariens

C’est peut-être un mythe qui vient de tomber. Les fameux scorpions de mer géants présentés comme les redoutables prédateurs des mers de l’Ordovicien et du Permien n’étaient probablement que des charognards et même des végétariens, si l’on en croit une étude biomécanique portant sur leurs pinces.

Une représentation d'artiste d'un scorpion de mer en train de saisir une proie au fond de l'eau. En dessous, un dessin d'un des chélicères, des appendices buccaux que possèdent aujourd'hui, notamment, les acariens, les araignées, les limules et les scorpions. © William L. Parsons/Buffalo Museum of Science. Une représentation d'artiste d'un scorpion de mer en train de saisir une proie au fond de l'eau. En dessous, un dessin d'un des chélicères, des appendices buccaux que possèdent aujourd'hui, notamment, les acariens, les araignées, les limules et les scorpions. © William L. Parsons/Buffalo Museum of Science.

Les scorpions de mer géants étaient peut-être végétariens - 2 Photos

PDF

Les Euryptéridés (scorpions de mer) forment un groupe éteint d’Arthropodes liés aux Arachnides qui comprend le plus grand Arthropode connus, Jaekelopterus : il pouvait atteindre 2,5 mètres. Ils sont apparus avant les premiers Poissons et ils n'étaient pas, en fait, de vrais scorpions. En outre, seuls les plus anciens étaient marins, les derniers vivaient en eau douce ou saumâtre.

Jusqu’à présent, comme le montre cette vidéo, on les voyait comme de redoutables prédateurs des eaux chaudes et peu profondes des mers et lacs durant une période s’étendant de l'Ordovicien au Permien (460 à 248 millions d'années).

Jaekelopterus rhenaniae à côté d'un homme. © Braddy et al./Biology Letters
Jaekelopterus rhenaniae à côté d'un homme. © Braddy et al./Biology Letters

Pas assez forts pour chasser le poisson blindé

Un groupe de chercheurs, parmi lesquels certains sont membres du Buffalo Museum of Science, vient de remettre en question cette image. Ces soi-disant grands prédateurs qui se sont éteints au cours de l'extinction massive du Permien-Trias, il y a 251 millions d'années, et dont les fossiles ont une répartition quasi mondiale, ne pouvaient probablement pas s’attaquer à des proies de tailles importantes.

Les chercheurs ont déterminé la pression que pouvaient exercer les scorpions de mer Acutiramus avec leurs pinces sans qu'elles ne se rompent. Ils ont découvert que cette pression était de deux à trois fois inférieure à celle nécessaire pour perforer la carapace d'une limule moderne. Une étude plus fine de la jonction entre le corps et les membres portant ces pinces indique qu’il était plus facile pour l'animal de saisir des proies sur le fond que de chasser celles se déplaçant dans l’eau.

Commentant ces découvertes, Richard Laub, l’un des membres de l’équipe de chercheurs n’hésite pas à dire : « nos résultats déboulonnent l'image que l’on a des plus grand arthropodes connus ayant existé. Ils ne devaient pas pouvoir s’attaquer à leurs congénères ou aux poissons blindés de l'époque. Cela ouvre la possibilité qu'ils aient été des charognards ou même des végétariens ».


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires