Planète

Les sauropodes, ces dinosaures géants, étaient peut-être migrateurs

ActualitéClassé sous :paléontologie , dinosaure , migration

L'analyse de dents de grands sauropodes, dinosaures quadrupèdes géants, indique que ces herbivores réalisaient des migrations saisonnières de plus de 300 km pour atteindre des zones riches en nourriture.

L'analyse de dents de sauropodes suggère que ces dinosaures herbivores effectuaient des migrations saisonnières. © Henry Fricke

Des analyses de dents de sauropodes du genre Camarasaurus, réalisées par des chercheurs du Colorado College, indiquent que ces dinosaures, qui vivaient à l'époque du Jurassique il y a environ 150 millions d'années, étaient des animaux migrateurs. C'est en s'intéressant aux isotopes d’oxygène présents dans l'émail des dents des sauropodes, retrouvées dans les couches géologiques du bassin de Morrison, à l'ouest des États-Unis, que les scientifiques ont déduit que ces animaux avaient occupé des habitats bien différents au cours de leur vie.

En effet, lorsque les vertébrés boivent, leurs dents incorporent les isotopes présents dans l'eau. Or, les concentrations d'isotopes étudiées correspondaient à de l'eau provenant de zones situées à environ 300 km des plaines où les dents de ces animaux ont été retrouvées. Mieux, une analyse plus précise des différentes couches qui composent les dents (un peu à la manière des couches sédimentaires) a montré que ces sauropodes avaient effectué plusieurs allers-retours entre les plaines et les zones de pâturages plus en altitude.

Trois Camarasaurus supremus en marche. Cette vue d'artiste est peut-être une bonne représentation des migrations de ces sauropodes géants... © Dmitry Bogdanov

Des troupeaux de dinos géants

Ces résultats sont toutefois à interpréter avec précaution puisque les dents n'ont pas été retrouvées près d'un squelette de sauropode. La migration de la dent pourrait donc simplement être le fruit d'un transport dans une rivière, après la mort de son propriétaire. D'autant que toutes les dents analysées ne mènent pas aux mêmes conclusions.

L'idée de ces migrations de dinosaures géants amène d'autres questions. Après avoir mis en évidence la migration de ces herbivores, les auteurs de l'étude publiée dans Nature se demandent en outre si les dinosaures carnivores, prédateurs des sauropodes, parcouraient également des centaines de kilomètres à la poursuite de leurs proies.