Mots-clés |
  • biologie,
  • Art

Science décalée : les pigeons reconnaissent un Monet d’un Picasso

Des chercheurs japonais ont eu la brillante idée de confronter des pigeons à des photographies de tableaux de grands maîtres, comme Monet et Picasso. Et les oiseaux sont parvenus à différencier les toiles cubistes des impressionnistes ! La nouvelle doit réconforter ces peintres, qui se réjouissent probablement au fond de leur tombe de toucher un public plus large...

On prend souvent les oiseaux pour des animaux plutôt stupides. Pourtant, comme le montre cette étude, les pigeons peuvent différencier un tableau de Monet de celui de Picasso. Ce n'est malgré tout qu'une piètre prestation à côté des corvidés (corbeaux, pies, geais...) capables de résoudre des tâches très complexes. Des corneilles se servent d'outils tandis que les pies se reconnaissent dans le miroir. © Derek ramsey, Wikipédia, GNU Free Documentaion License 1.2 On prend souvent les oiseaux pour des animaux plutôt stupides. Pourtant, comme le montre cette étude, les pigeons peuvent différencier un tableau de Monet de celui de Picasso. Ce n'est malgré tout qu'une piètre prestation à côté des corvidés (corbeaux, pies, geais...) capables de résoudre des tâches très complexes. Des corneilles se servent d'outils tandis que les pies se reconnaissent dans le miroir. © Derek ramsey, Wikipédia, GNU Free Documentaion License 1.2

Science décalée : les pigeons reconnaissent un Monet d’un Picasso - 3 Photos

PDF

Pourquoi obliger des pigeons à contempler une toile de maître ? L’idée des scientifiques de l’université Keio, au Japon, paraît complètement délirante. Pour preuve, cette recherche leur a valu un prix : le fameux IgNobel de psychologie en 1995. Ou l’étude la plus farfelue de l’année. Mais elle ne l’est peut-être pas autant qu’elle en a l’air… Enfin presque.

Monet et Picasso figurent parmi les peintres les plus célèbres. Le premier, Claude de son prénom, est devenu le fer de lance de l’impressionnisme, dont l’un des tableaux le plus célèbre, Impression soleil levant, a donné le nom au mouvement pictural. Celui-ci se caractérise par des scènes quotidiennes mises en image d’une manière personnelle, sans rétablir la stricte vérité du paysage mais en mettant en lumière la beauté et la surprise de la nature.

Il tranche nettement avec le cubisme, apparu quelques décennies plus tard, sous le pinceau de deux génies, Georges Braque et Pablo Picasso. Ce courant en termine avec le réalisme et y préfère la représentation de la nature par des formes étranges et inconnues.

Impression soleil levant, le célèbre tableau de Monet qui est à l'origine du mouvement impressionniste. Ce courant artistique a mis du temps à être accepté par ses contemporains. © Claude Monet, Wikipédia, DP
Impression soleil levant, le célèbre tableau de Monet qui est à l'origine du mouvement impressionniste. Ce courant artistique a mis du temps à être accepté par ses contemporains. © Claude Monet, Wikipédia, DP

Une simple éducation picturale permet à n’importe quel être humain de différencier les deux mouvements. Mais qu’en est-il des pigeons ? C’est vrai, pourquoi faudrait-il réserver l’art aux Hommes quand les villes dans lesquelles sont implantés les plus grands musées regorgent de pigeons ?

Ce n’est pas tout à fait avec cette idée que des chercheurs de l’université de Keiro, au Japon, se sont lancés dans une expérience troublante, à savoir si ces oiseaux à la mauvaise réputation pouvaient différencier un Monet d’un Picasso. Ils souhaitaient simplement étudier la discrimination visuelle chez ces volatiles et tester leur perception du monde. Les résultats sont livrés dans Journal of the Experimental Analysis of Behaviour daté de mars 1995.

L’étude : les pigeons sont-ils impressionnistes ou cubistes ?

Pour le bon déroulement de l’expérience, les scientifiques disposaient de pigeons dits « naïfs », c’est-à-dire que leurs sujets n’avaient jamais suivi des études d’art appliqué. Il fallait donc les trouver. Malgré la difficulté de la tâche, huit cobayes ont participé aux tests.

Les oiseaux étaient classés en deux groupes. Dans l’un d’eux, les quatre volatiles recevaient des graines de chanvre (la plante à partir de laquelle on tire le cannabis) dès qu’une peinture de Monet apparaissait, mais rien face à une œuvre de Pablo Picasso. Bien évidemment, le même renforcement positif existait pour les quatre autres pigeons, cette fois quand on les confrontait à une toile du maître cubiste. Les scientifiques ont eu la gentillesse d’éviter les pièges et de choisir des peintures caractéristiques de chaque courant pictural.

La deuxième partie est intéressante car elle vise à généraliser le concept. Ainsi on confrontait nos nouveaux critiques d’art à des tableaux de leur maître préféré qu’ils n’avaient encore jamais vus. Les volatiles ne se sont pas laissé impressionner et ont de suite compris le stratagème. En appuyant du bec sur une touche située devant eux, ils pouvaient manifester leur choix et être récompensés le cas échéant.

À manger ! Dans de nombreuses expériences de renforcement positif chez l'animal, on utilise la nourriture, considérant que cela va le motiver pour participer. Il ne faudrait pas pour autant résumer un être vivant à cela ! © gynti_46, Flickr, cc by nc sa 2.0
À manger ! Dans de nombreuses expériences de renforcement positif chez l'animal, on utilise la nourriture, considérant que cela va le motiver pour participer. Il ne faudrait pas pour autant résumer un être vivant à cela ! © gynti_46, Flickr, cc by nc sa 2.0

Quasiment aucune erreur dès le premier essai. De même pour les suivants. Mieux, les adeptes du cubisme réclamaient à manger quand ils voyaient un tableau de Georges Braque tandis que les autres appuyaient frénétiquement sur le bouton à la vue d’un tableau de Cézanne ou Renoir, deux autres impressionnistes. Pas mal pour un petit cerveau !

Enfin, l’épreuve ultime. Qu’est-ce que ça donne si on met Monet et Picasso la tête à l’envers ? Cette fois, il faut reconnaître que les résultats sont plus mitigés. Si l’expérience n’a pas affecté les performances des pigeons cubistes, il n’en a pas été de même pour l’autre groupe, incapable d’y voir les œuvres pour lesquelles ils avaient tant vibré.

Les auteurs de ce travail suggèrent alors que leurs cobayes à plumes impressionnistes reconnaissaient dans les toiles des objets réels et devenaient incompétents quand leur univers était représenté à l’envers. De l’autre côté, les fans de Pablo Picasso s’habituaient à discriminer des formes inédites, qui le restaient même retournées. La preuve que les pigeons maîtrisent eux aussi l’art de la catégorisation. 

L’œil extérieur : de l'intérêt de l’art chez les pigeons

Certes, cette découverte ne révolutionnera pas le monde mais en dit davantage sur les performances cognitives des pigeons. Après tout, il n’y a pas que notre intelligence qui compte ! Voyons-le comme une manière de sortir de l’anthropocentrisme, même si le parallèle avec l’être humain se fait toujours.

Cette recherche s’inscrit surtout dans un contexte où les oiseaux étaient testés dans leur sensibilité à l’art. Car si ce travail focalise son attention sur les génies de la peinture, d’autres scientifiques avaient affirmé en 1984 que ces mêmes animaux pouvaient différencier du Bach et du Stravinsky (évidemment, on parle de musique). D’autres études (tout aussi passionnantes…) montrent la façon dont les scientifiques ont habitué les pigeons à l’image de Charlie Brown, un personnage de bande dessiné inventé en 1950 sous la plume de l’Américain Charles Schultz. Est-ce vraiment mieux ? La seule différence est qu’à cette époque, les prix IgNobel n’existaient pas encore…


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires