Mots-clés |
  • zoologie

Poulpe

PDF
  • Ordre : Octopoda 
  • Sous-ordre : Incirrina
  • Famille : Octopodidae

Certaines espèces de poulpe sont classées dans la sous famille des Octopodinae, et les plus représentatives dans les genres Octopus, Ocythoe, Thaumoctopus, Wunderpus, Hapalochaena ou encore Enteroctopus. Le point commun des 200 espèces de la famille des céphalopodes octopodes est leur mode de vie benthique, tandis que les espèces appartenant au groupe des cirrates, ont un mode de vie pélagique.

Octopus vulgaris. © Albert Kok, domaine public
Octopus vulgaris. © Albert Kok, domaine public

Description du poulpe

Le corps mou du poulpe est composé d’un manteau formé par un épais repli de tissus qui protège sa coquille. Il est prolongé de huit appendices long et musculeux appelés tentacules qui sont placés autour de la bouche. Ceux-ci servent à la locomotion et à la préhension. Les tentacules sont équipés de ventouses, sortes de disques adhésifs placés sur la face interne qui servent à la fixation et à la succion. Deux entonnoirs ou siphons, muscles tubulaires et légèrement coniques situés à l’ouverture de la cavité palléale, servent à l’oxygénation et à la propulsion lorsque le poulpe y projette violemment de l’eau.

Thaumoctopus mimicus. © Silke baron, CCA 2.0 Generic license
Thaumoctopus mimicus. © Silke baron, CCA 2.0 Generic license

Les yeux à l’acuité développée sont placés sur la partie supérieure du manteau. La bouche est équipée d’un bec puissant semblable à celui des perroquets. Le poulpe est doté de trois cœurs. Le cœur principal est secondé par deux cœurs branchiaux qui pompent le sang oxygéné par les branchies. Le poulpe possède la particularité de drainer un sang bleu à l’inverse des vertébrés. Non pas qu’il soit de sang noble, mais parce que ce dernier est dépourvu d’hémoglobine, qui est remplacé par l’hémocyanine.

Wunderpus photogenicus. © Jenny (JennyHuang) from Taipei, CCA 2.0 Generic license
Wunderpus photogenicus. © Jenny (JennyHuang) from Taipei, CCA 2.0 Generic license

Habitat du poulpe

Le poulpe vit généralement dans les eaux côtières des mers chaudes et tempérées. Il a un mode de vie benthique et s’abrite dans des anfractuosités rocheuses. Les diverses espèces appartenant au groupe des cirrates (qui ne sont pas des poulpes car ils possèdent des cirres, une ombrelle et des nageoires) vivent en haute mer jusqu’à 4.500 mètres de profondeur, et se retrouvent dans les mers froides. Mais on trouve une espèce de pieuvre géante (Enteroctopus dofleini) dans les profondeurs du Pacifique Nord entre le Japon et l’Alaska. C’est dire que ces animaux peuvent supporter une pression énorme.

Enteroctopus dofleini. © National Oceanic ans Atmospheric Administration, R.N. Lea, domaine public
Enteroctopus dofleini. © National Oceanic ans Atmospheric Administration, R.N. Lea, domaine public

Comportement du poulpe

Généralement, le poulpe vit tapi dans un creux de rocher. Le céphalopode possède la faculté d’homochromie. C'est-à-dire qu’il est capable d’adapter la couleur et la forme de sa peau en fonction de son environnement et de son humeur. Ses tissus contiennent des millions de chromatophores qui sont des cellules pigmentaires, lui permettant de changer de couleur. Il peut également adopter l’apparence de divers hôtes sous-marins et possède un véritable don de camouflage. Lorsqu’il se sent menacé, il projette violemment de l’eau au travers des siphons situés de part et d’autre de sa tête pour se propulser à la vitesse d’une voiture de course, tout en projetant une nuée d’encre noire qui lui permet de se dissimuler aux yeux de son poursuivant.

Octopus marginatus. © Nick Hobgood, CCA-SA 3.0 Unported license
Octopus marginatus. © Nick Hobgood, CCA-SA 3.0 Unported license

Reproduction du poulpe

Il n’y a pas de période de reproduction. Celle-ci a lieu tout au long de l’année et la copulation peut durer plus ou moins longtemps selon l’espèce et la taille. Sécrétés par le pénis interne, les spermatophores sont acheminés par le siphon sur une gouttière du tentacule hectocotyle. Ce dernier sert à déposer les poches de sperme dans la cavité palléale de la femelle. Celle-ci surveille et protège ses œufs pondus en grappes au plafond d’une voute rocheuse pendant six semaines. Elle les aère et les nettoie sans s’alimenter durant cette période, et meurt quelque temps après l’éclosion, mais pas de faim. La mort du poulpe est génétiquement programmée par des sécrétions endocriniennes issues des glandes optiques. La durée de vie d’un poulpe peut varier de quelques mois à quatre ou cinq ans selon l’espèce.

Octopus bimaculoides. © Jerry Kirkhart, CCA 2.0 Generic license
Octopus bimaculoides. © Jerry Kirkhart, CCA 2.0 Generic license

Régime alimentaire du poulpe 

Le poulpe chasse en rasant le fond qu’il parcourt en s’aidant de la pointe de ses tentacules. Il est surtout friand de crabes et de mollusques divers qu’il déchiquète à l’aide de son bec. La pieuvre géante du Pacifique quant à elle, est capable de se nourrir d’autres poulpes et même de requins.

Dangers

Le poulpe est un animal craintif qui n’agresse pas l’Homme contrairement à ce qui est relaté dans les livres (Vingt Mille Lieux sous les Mers) ou les manuscrits anciens (Kraken).  

Hapalochlaena maculosa. © Saspotato, domaine public
Hapalochlaena maculosa. © Saspotato, domaine public

Mais il existe cependant une pieuvre qu’il vaut mieux ne pas côtoyer : la pieuvre à anneaux bleus dont il existe cinq espèces vivant dans les eaux côtières à faible profondeur. Hapalochlaena maculosa que l’on trouve dans les eaux des océans Indien et Pacifique, mesure à peine une dizaine de centimètres et ne pèse qu’une cinquantaine de grammes. Mais la neurotoxine (tétrodotoxine) qu’elle injecte lorsqu’elle mord, provoque la mort par détresse respiratoire en quelques minutes.

Photo d'une pieuvre commune. © albert kok, GNU FDL, Version 1.2 Photo d'une pieuvre commune. © albert kok, GNU FDL, Version 1.2

Poulpe - 8 Photos


connexes

Vos réactions

Chargement des commentaires