Un poulpe géant a été filmé en train de dévorer une méduse. Dans les océans, malgré les moyens actuels, les écosystèmes sont encore très mal connus. © Andrey Kuzmin, Fotolia

Planète

Un poulpe géant filmé en train de dévorer une méduse

ActualitéClassé sous :zoologie , poulpe géant , pieuvre géante

Un poulpe géant des abysses a pu être filmé à près de 400 m de profondeur. Il avait, entre ses tentacules, un curieux reste de repas : une grande méduse, à moitié dévorée. L'animal a peut-être conservé la partie urticante de sa proie pour en chasser d'autres ou bien pour se protéger. Une rencontre rare, curieuse et instructive, décrite dans un article scientifique.

Avec ses 4 m et ses 75 kg pour les individus connus les plus imposants, le poulpe Haliphron atlanticus n'est pas ridicule à côté du géant officiel, l'octopode géant du Pacifique nordEnteroctopus dofleini. Cependant, il vit loin sous la surface et n'a été vu que de rares fois. Que mange-t-il ? Les biologistes n'avaient que quelques contenus d'estomac à leur disposition, montrant que cette pieuvre pélagique apprécie les siphonophores, ces curieux organismes pouvant (exceptionnellement) atteindre les 40 m et qui sont en fait des colonies d'animaux. Un autre estomac contenait une petite méduse et une crevette.

C'est pourquoi les biologistes de l'aquarium de Monterey (Californie, États-Unis) ont été heureux que leur ROV (véhicule téléguidé), Doc Ricketts, rencontre en 2013 une femelle par 378 m de fond, dans le canyon situé près de l'aquarium. Pour voir la vidéo en anglais, cliquez ici.

La distinction entre les sexes est facile car, dans ce groupe, les mâles sont bien plus petits et un de leurs huit tentacules est de taille réduite et caché, enroulé dans une poche près de l'œil droit (l'organe leur sert au moment de l'accouplement à porter le spermatophore sur l'orifice génital de la femelle).

Le poulpe retient entre ses tentacules les restes d'une méduse, de couleur jaune (visible sur l'image de droite). Il n'a donc mangé que la partie centrale du cnidaire, conservant sur lui la couronne de filaments urticants, blanchâtres. © H. J. T. Hoving et S. H. D. Haddock,Nature

Une pieuvre mangeuse de méduses

Cette pieuvre-là retenait entre ses huit tentacules une curieuse forme jaunâtre. Dans un article tout juste paru dans Nature, deux chercheurs, dont l'un travaille à l'aquarium de Monterey, expliquent avoir identifié cette forme : c'est ce qui reste d'une grande méduse, Phacellophora camtschatica, large de 29 cm. Elle est aussi surnommée « œuf au plat », car la partie supérieure de son ombrelle, assez plate, est bombée au centre et l'intérieur est jaune...

C'est une méduse de ce genre qu'a mordue la pieuvre H. atlanticus. Elle en a dévoré la partie centrale, où se trouve la cavité digestive et, donc, les proies capturées par le cnidaire. Cependant, elle ne s'est pas contentée de ce repas. Le reste de l'ombrelle de la méduse, ainsi que la couronne de tentacules venimeux, est resté appliqué sur la face ventrale de l'octopode. Les scientifiques pensent qu'il y a là une astuce : le poulpe conserverait contre lui ces filaments dangereux, garnis de cnidocystes, l'arme des méduses.

La pieuvre de l’espèce Haliphron atlanticus a déjà été vue plusieurs fois. Ici, un individu rencontré en 2008 au large de Hawaï par Sylvia Earle. © Our Ocean, YouTube

La vie méconnue des abysses

Est-ce une stratégie pour se protéger ou bien pour chasser ? Les biologistes l'ignorent mais cette transformation d'une méduse en outil est connue d'autres octopodes. D'ailleurs, expliquent-ils, l'histoire ne dit pas comment la femelle a capturé cette méduse, qui vit plus près de la surface. Elle a pu la chasser vivante en montant la nuit à plus faible profondeur, mais elle a peut-être saisi le cadavre de la méduse qui descendait vers le fond.

Pour les océanographes, l'observation donne un nouvel éclairage sur les écosystèmes des abysses, si mal connus. Avec leur valeur nutritive ridicule, les méduses ne semblaient pas constituer des proies de choix. Pourtant, les poulpes les apprécient, peut-être pour leur contenu stomacal ou pour les nutriments qu'elles contiennent tout de même, ou encore parce qu'elles leur servent d'armes. Comme ces octopodes sont eux aussi des proies pour des grands poissons ou des cétacés, voilà les méduses davantage intégrées aux rouages de la vie abyssale.

  • Une rencontre très rare avec un poulpe géant, au large de la Californie, a révélé un comportement inconnu chez cette espèce.
  • Cet octopode consommerait des méduses et utilise peut-être pour son propre compte les cellules urticantes de sa proie, appelées « cnidocystes ».
Cela vous intéressera aussi

Cette étrange pieuvre des abysses ressemble à un petit fantôme  En mer, les abysses font sans doute partie des endroits les moins connus de la planète. Globalement inexplorés, ils regorgent d’une faune étonnante, comme cette petite pieuvre découverte récemment par la National Oceanic And Atmospheric Administration (NOAA). La voici en vidéo, dans son milieu naturel, au large d'Hawaï.