Le film alimentaire étirable est particulièrement pratique pour conserver les plats ou les fruits entamés. D’où vient sa propriété à coller à ce qu’il entoure et pourquoi certaines surfaces adhèrent mieux que d’autres ?


au sommaire


    En enveloppant hermétiquement les aliments, le film alimentaire étirable permet de protéger et de conserver les plats entamés. Un des phénomènes en jeu dans son pouvoir d'adhésion est lié à l’électricité statique, de même nature que la brosse qui « attire » les cheveux ou de la décharge qu'on ressent parfois lorsque l'on ôte un pull.

    Lorsque l'on déroule le tube, des électrons sont arrachés à la surface du plastique qui se charge donc positivement, les atomes ayant perdu des charges négatives. Le film étirable étant un relativement bon isolant, il retient la charge durant quelque temps. Certains matériaux comme le verre ou la céramiquecéramique étant chargés négativement, les deux charges opposées s'attirent, ce qui fait adhérer le film.

    Le film alimentaire ne colle pas vraiment… mais il s’étire

    L'électricité statique est cependant insuffisante à expliquer l'adhérence, d'autant plus que le film étirable « colle » aussi à des matériaux conducteurs comme le métal ou les surfaces mouillées qui sont censées disperser les charges électriques et donc éliminer la différence de charge. Ce pouvoir d'adhérence provient en fait surtout de la structure moléculaire du plastique.

    Le film alimentaire est fabriqué en polychlorure de vinylepolychlorure de vinyle (PVC), polychlorure de vinylidène (PVDC) ou en polyéthylènepolyéthylène à faible densité (PEDB), qui possèdent de longues chaînes polymèrespolymères étroitement liées et enroulées. C'est cette configuration qui lui donne son caractère hautement extensible (jusqu'à 200 %) et permet d'envelopper les récipients.

    Pour rendre leur film encore plus « collant », les fabricants ajoutent souvent un additif (glycérolglycérol mono-oleate ou polyisobutylène) à hauteur de 0,5 ou 2,5 %. Néanmoins, le film étirable a tendance à se rétracter au bout de quelques jours, faisant perdre de l'adhérence. L'ironie de l'histoire, c'est que le « Cellofrais » adhère beaucoup mieux à son propre tube enrouleur qu'aux autres surfaces !