Un nouveau traitement anticancéreux, basé sur l’utilisation d’anticorps, inhibe la synthèse de nouveaux vaisseaux sanguins et limite donc la croissance des tumeurs... luttant ainsi contre le développement de la DMLA !
Cela vous intéressera aussi
  • Tout savoir sur le cancer avec notre dossier complet 

Des scientifiques français viennent d'évaluer avec succès une nouvelle biothérapie sur la souris et le lapin. Travaillant à partir d'un nouveau récepteur cellulaire, qui a la propriété de favoriser la prolifération vasculaire, ils ont obtenu la régression de tumeurs cancéreuses et la résolutionrésolution de certaines pathologiespathologies oculaires. Voilà qui mérite explications...

Cette découverte pourrait s'avérer d'une importance capitale. Elle est le fruit d'une collaboration entre les équipes de Philippe Le Bouteiller (Inserm/CNRS Toulouse) et d'Armand Bensussan (Inserm-hôpital Saint-Louis, Paris). Elles ont travaillé à partir du récepteur CD-160, récepteur des cellules endothéliales qui favorise l'angiogenèseangiogenèse (la formation de nouveaux vaisseaux sanguins) dans les tumeurstumeurs cancéreuses. Suite à leurs observations, les chercheurs ont développé un anticorps monoclonal spécifiquement dirigé contre ce récepteur.

Mort des cellules cancéreuses

Chez des souris porteuses de tumeurs hautement agressives, comme le mélanomemélanome cutané, ils ont testé cette nouvelle biothérapie en association avec une chimiothérapie. Cette stratégie a permis de réduire significativement le rythme de croissance de la tumeur, prolongeant la survie des animaux. Chez les lapins, les biologistes ont reproduit des pathologies humaines (rejet de grefferejet de greffe cornéenne, brûlures...) avant de les traiter avec l'anticorpsanticorps CD-160. Au final, les auteurs ont également constaté une diminution du développement de nouveaux vaisseaux.

« Cette nouvelle thérapiethérapie est originale, car elle induit directement la mort des cellules qui tapissent les vaisseaux et sont en pleine prolifération, explique Philippe Le Bouteiller. Elle diffère des traitements antiangiogéniques actuellement utilisés, qui ciblent le facteur (de croissance vasculaire, NDLRNDLR) VEGF. »

À condition que ces tests chez l'Homme soient couronnés de succès, cette nouvelle cible thérapeutique pourrait donc représenter une alternative pour les patients résistants aux traitements actuels. Elle pourrait aussi ouvrir de nouvelles perspectives dans la prise en charge de certaines formes de dégénérescence maculairedégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).