Santé

L’espérance de vie dans le monde s’est allongée de six ans depuis 1990

ActualitéClassé sous :médecine , espérance de vie , allongement de l’espérance de vie

Durant ce dernier quart de siècle, les êtres humains ont vécu plus longtemps. L'espérance de vie a globalement augmenté de six ans ; les filles nées en 2012 peuvent espérer atteindre l'âge de 73 ans, et les garçons 68 ans. Des progrès que l'on doit surtout aux avancées sanitaires dans les pays les plus modestes.

La durée de vie s’allonge ! Hommes et femmes vivent plus vieux aujourd’hui qu’en 1990, grâce à la baisse de la mortalité infantile et aux soins apportés contre les maladies cardiovasculaires. © Jean-Marie Huet, Flickr, cc by nc sa 2.0

À l'échelle mondiale, l'espérance de vie à la naissance a augmenté de six ans depuis 1990. C'est le constat positif réalisé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son rapport statistique sur la santé mondiale 2014. Ce résultat est principalement obtenu grâce à la diminution du nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans. Et à une meilleure prévention des maladies non transmissibles.

Ainsi, une fille née en 2012 peut espérer vivre jusqu'à 73 ans. Un garçon né la même année, jusqu'à 68 ans. Ces résultats correspondent à une augmentation de six ans de l'espérance de vie à la naissance par rapport à un enfant né en 1990.

Les progrès les plus significatifs ont été réalisés par les pays pauvres. Ceux-ci ont, en moyenne, augmenté leur espérance de vie de neuf ans entre 1990 et 2012. Le Liberia a obtenu les meilleurs résultats avec 20 ans gagnés en 12 ans, suivi de l'Éthiopie, des Maldives, du Cambodge, du Timor oriental et du Rwanda. « La baisse significative du nombre de décès d'enfants de moins de cinq ans a eu un impact important sur cette tendance », souligne Margaret Chan, directrice générale de l'OMS.

C’est dans les pays pauvres que les progrès sur l’espérance de vie ont été les plus conséquents. Néanmoins, l’écart demeure conséquent : les femmes des pays pauvres vivent 19 ans de moins que leurs homologues des territoires les plus riches. © Trocaire, Wikipédia, cc by 2.0

De fortes disparités dans l’espérance de vie entre le nord et le sud

Les inégalités entre les pays développés et les pays pauvres restent toutefois très marquées. Un garçon né en 2012 dans un pays riche peut espérer vivre jusqu'à l'âge de 76 ans, soit 16 ans de plus que dans un pays pauvre. Pour les filles, l'écart est de 19 ans. Dans un pays développé, leur espérance de vie est de 82 ans, contre 63 ans dans les régions plus défavorisées.

« Dans les pays riches, l'allongement de l'espérance de vie a été obtenu grâce aux batailles gagnées contre les maladies non transmissibles », souligne Ties Boerma, directeur du département des statistiques de santé et des systèmes d'information de l'OMS. Lequel met en avant les politiques pour améliorer la prise en charge des maladies cardiovasculaires et celles pour diminuer de la consommation de tabac.

Parmi les pays les plus défavorisés, l'espérance de vie reste, chez les hommes comme chez les femmes, inférieure à 55 ans. C'est le cas de l'Angola, de la Centrafrique, du Tchad, de la Côte-d'Ivoire, de la République démocratique du Congo, du Lesotho, du Mozambique, du Nigeria et de la Sierra Leone.

Cela vous intéressera aussi