Les océans n'ont jamais été aussi chauds qu'en 2022. Rien d'étonnant dans ce constat, puisque 2022 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée dans l'histoire. Mais les conséquences diffèrent : dans les océans, la salinité change avec l'augmentation des températures, et la stratification océanique (l'eau se sépare en différentes couches) devient de plus en plus marquée.

 

En 2020, les océans ont absorbé l’équivalent de 20 sextillions de joules. Jamais depuis 1955 la température de l'océan n’avait été aussi élevée. Mais 2022 a battu des records. © Futura

C'est ce que montre une étude publiée dans Advances in Atmospheric Science, qui s'est aussi penchée sur les conséquences de ces changements : les échanges de chaleur, de carbone et d'oxygène dépendent de la stratification et de la salinité des océans. Avec le réchauffement climatique, ils évoluent, pour le pire, car leur modification mènera à une désoxygénation de l'eau, catastrophique pour la vie marine qui dépend des apports en oxygène. Donc catastrophique pour les écosystèmes marins. Et si l'océan en pâtit, alors la vie terrestre aussi. Enfin, « Les océans absorbent la majeure partie du chauffage des émissions humaines de carbone », explique Michael Mann, co-auteur de l'étude. Les réchauffer diminue leur capacité d'absorption, accentuant d'autant plus le réchauffement climatique...